Zizi Cabane, Bérengère Cournut

Dans la fratrie née de l’amour entre Odile et Ferment, les surnoms étranges ont remplacé les prénoms, promesse de fantaisie décalée et triste. Béguin, Chiffon et Zizi Cabane perdent leur mère alors qu’ils sont encore enfants, la plus jeune pensant qu’elle reviendra, qu’elle veille toujours – en cela, Ferment la rejoint. Les chants d’Odile devenue ruisseau enveloppent la narration autant que le corps et l’âme de sa famille abandonnée qui doit trouver un nouveau centre gravitationnel, un nouvel équilibre autour des phrases courtes de Bérengère Cournut, de la prégnance de la nature dans ces pages et dans leur esprit. L’autrice crée une sorte de conte, une métaphore de la mort, elle qui a perdu son père alors qu’elle était encore une fillette. Ses personnages s’expriment chacun leur tour, dans une sorte de ton oralisé mais rythmé. Dans les premières parties, ce phrasé ne correspond pas vraiment à l’âge de Zizi Cabane, la petite héroïne, et vient souligner l’in-vraisemblabilité de l’ensemble, ce merveilleux qui transforme le prosaïque et les drames familiaux en quelque chose d’autre, de balbutiant mais de beau, aussi, parfois.

Les univers de Bérengère Cournut ont toujours quelque chose d’étonnant, presque un étrange mélange entre ceux d’Auður Ava Ólafsdóttir et d’Olivier Bourdeaut, un pas en dehors du monde pour mieux le décrire via un prisme déformant qui, peut-être, permet en réalité davantage d’acuité. Il ne faut pas être trop terre-à-terre pour lire et apprécier son œuvre si particulière qui semble presque absurde mais, finalement, frappe par sa justesse déphasée, par son amour de la Terre, par son espèce d’animisme réinventé, comme un hommage à notre planète et aux peuples premiers auxquels l’autrice rendait déjà hommage dans De pierre et d’os.

Merci aux éditions du Tripode qui en contribuant à enrichir aVoir aLire ont également contribué à enrichir Pamolico.

Bérengère Cournut – Zizi Cabane
Le Tripode
18 août 2022 (rentrée littéraire d’automne 2022)
256 pages
18 euros

Ils/elles en parlent aussi : Patricia. Joellebooks. La viduité

12 réflexions sur “Zizi Cabane, Bérengère Cournut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s