Un délice doux-amer (Orange amère, Ann Patchett)

Orange amère est l’un de ces rares romans que l’on n’a pas envie de refermer, où l’on n’a pas envie de quitter les personnages. Ce fut difficile de s’attacher à eux, de bien cerner les liens familiaux (surtout de les retenir) qui les relient. Mais une fois que la généalogie, que la toile s’est bien... Lire la Suite →

Choc familial (Les petites filles du soleil, Anne Tyler)

Une nouvelle fois, Anne Tyler écrit au sujet d’une famille, ou plutôt de deux. Cette fois, elle confronte les habitudes, les traditions, les manières d’être et de vivre. Les Dickinson et les Donaldson vivent aux États-Unis, à Baltimore (à l’image des foyers dépeints par l’auteure dans ses autres récits). Ils ne se connaissent pas, jusqu’à... Lire la Suite →

Destins croisés (Amours, Léonor de Récondo)

Je referme ce livre en étant mitigée. L’écriture est belle, les mots sont profonds, soigneusement choisis et cela se sent. Malgré tout, je m’attendais à plus, à mieux. Je ne sais pas comment expliquer ce manque d’un quelque chose qui m’aurait réellement fait aimer ce roman. Peut-être n’ai-je pas trouvé les personnages attachants, et pourtant... Lire la Suite →

Finesse, psychologie et mystère (Un peu, beaucoup, à la folie, Liane Moriarty)

Ce roman est une réussite. La psychologie des personnages est très travaillée, chacun peut aisément s’identifier tantôt à l’un, tantôt à l’autre, d’autant plus que la narration leur donne la part belle alternativement. Leurs pensées, leurs préoccupations et leurs obsessions gravitent toutes plus ou moins autour du même événement : ce qui s’est passé « le jour... Lire la Suite →

Hommage à la langue de Molière (1144 livres, Jean Berthier)

Ce livre m’a laissée partagée. L’écriture témoigne d’une très grande maîtrise de la langue – peut-être même est-elle légèrement trop ampoulée mais le style va bien avec l’histoire et avec le personnage. Toujours est-il que ces longues phrases aux tournures semblant parfois saugrenues apportent pas mal de poésie au roman. Oui mais voilà, est-ce réellement... Lire la Suite →

Le réalisme magique de Burton (Dumbo, Tim Burton)

Ce en quoi Tim Burton excelle, encore une fois, c’est en la création d’un univers et d’une atmosphère fantastique, hors du temps et de l’espace réel tout en y étant rattachés. Après Alice et cette magie imprégnant chaque parcelle du pays des merveilles, nous sommes là transportés aux États-Unis dans les années 1920, entre les... Lire la Suite →

Un polar addictif (Sang famille, Michel Bussi)

On l’a en main, on ne le lâche pas. Une île anglo-normande imaginaire et glauque sous couvert d’être un paradis, une secrétaire mutine, un garde-champêtre obstiné, un journaliste talentueux, et surtout un ado, celui autour de qui tout tourne. Il se retrouve sur l’île avec une motivation bien précise, et ses attentes seront plus que... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑