Annette, Leos Carax

Leos Carax et les Sparks vent debout contre le patriarcat

Henry est le bouffon de Dieu ; Ann, la voix des anges. Le premier, humoriste cynique et provocateur, est marqué par le diable, ses lèvres ayant laissé une empreinte lie de vin sur sa joue, empreinte qui s’élargit alors que la jalousie va croissante et contamine son amour pour la cantatrice. Celui qui se fait appeler « the Ape of God » revêt tous les soirs un peignoir vert et s’amuse du public, de ses rires spontanés ne pouvant pourtant n’être que contraints. Quant à l’héroïne, elle meurt chaque soir sur scène, se jouant de la Faucheuse et du destin, sans superstition aucune, laissant les perruques et les costumes faire d’elle une autre. Une enfant, Annette, naît de cette union.

Les dialogues sont rares ou, en fait, inexistants : le chant remplace les mots, le rythme ternaire des musiques entachant la réalisation elle-même, également bâtie en trois parties. Si les paroles d’un même air sont répétitives, leur côté lancinant porte le film qui n’existe que par et pour elles, malgré un scénario fouillé, flirtant avec le fantastique et finalement très actuel. N’oublions pas que ce drame parfois féérique, parfois franchement long, parfois presque grotesque, est avant tout une œuvre musicale, pensée par les Sparks qui ont convaincu Leos Carax, habitué des curiosités cinématographiques, d’embarquer pour l’aventure malgré les aléas du voyage – problèmes de financement, multiples changements d’actrices…

Ainsi, Annette évoque en filigrane #MeToo, l’exploitation des jeunes talents, l’emprise des hommes sur leurs compagnes, le patriarcat qui fait des ravages au sein d’un couple, ancré dans les mentalités. En effet, la naissance de la fillette bouleverse l’équilibre professionnel de Henry, le fait chuter de son piédestal et l’emplit d’hybris jusqu’à l’hamartia fatale, tandis qu’Ann poursuit son ascension vers le ciel, ce qui ne manque pas de faire souffler un vent d’envie au sein du couple.

Annette ou un patchwork expérimental

Annette est un poème bien davantage qu’un long-métrage. Cette comédie musicale est un véritable patchwork, tragédie shakespearienne inclassable, opéra, concert, one-man show, ballade amoureuse qui vire au requiem sombre. C’est une œuvre d’art expérimentale, multiple et complexe, tant visuelle que sonore. Les images se sur-impriment, les reflets créent une atmosphère fantomatique qui prendra bientôt tout son sens, la lumière et l’ombre jouent l’une avec l’autre, s’étouffent mutuellement, s’embrassent, s’enlacent, semblables aux deux acteurs principaux, Adam Driver (déjà remarqué par la critique dans Marriage Story notamment) et Marion Cotillard. Cette performance collective, allant d’un montage ciselé à une photographie époustouflante en passant par l’interprétation des pièces musicales en live par les deux acteurs, n’est cependant pas exempte de défauts : la lenteur qui est la sienne permet certes de mettre en valeur d’une manière envoûtante chacune de ses facettes, si paradoxalement artisanales, mais elle donne également une cadence monocorde et parfois poussive à cette réalisation, favorite du Festival de Cannes 2021…

De : Leos Carax
Par : Ron Mael, Russell Mael
Avec : Adam Driver, Marion Cotillard, Simon Helberg
Genre : Fantastique / Drame / Comédie musicale
Durée : 2h20
En salles le 7 juillet 2021

Ils/elles en parlent aussi : Cat’s eyes. Le maître du cinéma. 24 fois la vérité par seconde. Le grand oculaire. Les coulisses du clap. On se fait un ciné. Fade off. Phantasmagory. Le tonton cinéphile. Cinéphiles 44. La monstrothèque. MHF le blog. Les chroniques de Cliffhanger et Co. Carnets de voyage et notes de lectures de miriam. Newstrum. Séries de films. In the mood for…. Confitures et cinéma. Cinéfilik. Culture aux trousses

14 réflexions sur “Annette, Leos Carax

  1. Excellente critique de ce film incroyable que j’ai eu la joie de voir deux fois au ciné, et dont la scène final compte déjà parmi l’une des meilleurs fin que j’ai vu depuis très longtemps. Même si ont sent que tu est mitigée, je trouve que tes mots résumes parfaitement la complexité d’Annette et la poésie qui s’en dégage.

    Aimé par 1 personne

  2. Très belle critique. Tout y est, bravo. J’ai de mon côté été bluffé par ce film, et très ému. Je le trouve visuellement et musicalement très beau. Les acteurs sont prodigieux. Et que de thèmes intéressants abordés (l’ambition, la jalousie, les ravages de l’égo, l’incapacité à aimer…) avec beaucoup de finesse selon moi.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci à toi !
      Les deux acteurs sont impressionnants et ne dérogent pas à leur réputation.
      Mais oui, c’est un film que l’on va voir pour l’expérience davantage que pour se détendre ou passer un moment hors du temps – même si nous sommes bien hors du monde pendant 2h20…
      Bonne journée à toi Fred 😊

      Aimé par 1 personne

  3. Maximelefoudulivre

    Bonjour Céciloule,

    Je suis assez d’accord avec la critique bien qu’un peu plus négatif.
    Pour moi c’est un opéra – film sans dialogue, très lent.

    En revanche, niveau caméra, c’est assez travaillé avec de nombreux jeux de lumières, prises d’angles, quelques mises en abime.

    De plus, je trouve la performance des acteurs et notamment de Madame Cotillard, époustouflante.

    En bref, un film poussif, évitez d’emmener vos enfants le voir sauf si vous souhaitez qu’ils fassent la sieste (petite boutade, je ne pense pas que les enfants soient la cible d’un tel film).

    Bonne journée 🙂

    Maxime

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Maxime,

      Pour moi c’est davantage un patchwork que simplement un opéra, d’autant que les acteurs ne donnent pas dans le lyrique pour chaque chanson, mais c’est en effet très lent et très travaillé.
      J’imagine que la sieste sera aussi l’option retenu par certains adultes qui se révéleront insensibles au côté pour le moins expérimental de la réalisation… vous peut-être ?

      Bonne journée également 🙂

      J'aime

      1. Maximelefoudulivre

        Bonjour Céciloule,

        Merci pour le retour.

        J’avoue avoir été à deux doigts de m’endormir mais j’ai tenu !

        Plus sérieusement, on tombera d’accord sur l’effet lent et travaillé 🙂

        Bonne journée 🙂

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s