Catégories
Critiques, cinéma français

Une comédie farce (Beaux-parents, Hector Cabéllo Reyes)

Beaux-parents est une comédie française, certes un peu (très) caricaturale lors de certaines scènes, mais il nous fait passer un bon moment. On rit beaucoup, on bout à de multiples reprises, et on espère que Garance (Charlie Bruneau, la fameuse Roxane de la série En famille) va revenir à la raison et réaliser que son cher et tendre a tout pour lui. Mais le sort s’acharne et on ne voit pas comment Harold (Bénabar) va pouvoir s’en sortir et faire éclater la vérité… Coline (Josiane Balasko) et André (Didier Bourdon), les parents de Garance, sont très attachés à Harold et ne parviennent pas à « couper le cordon », comme le dira Coline, raillée par sa fille pour cette réplique. Ils continuent donc à voir Harold régulièrement, l’hébergeant même un temps, situation qui créera des quiproquos dignes d’une pièce de boulevard. Certains passages sont vraiment drôles et on imagine sans mal la chanson de Bénabar à l’origine du scénario.

Après Retour chez ma mère, Héctor Cabello Reyes et Eric Lavaine se retrouvent et s’intéressent à nouveaux aux rapports parfois conflictuels entre enfants et parents et évoquent aussi ici les relations entre gendre et beaux-parents. Josiane Balasko décroche à nouveau le rôle de la mère et il lui correspond plutôt bien. Elle est à la fois mère-poule et mère-peau-de-vache quand il faut et colle donc parfaitement à la caricature classique de la figure maternelle. Elle n’avait jamais réellement partagé de scène avec Didier Bourdon et tous deux étaient ravis de la collaboration.

Beaux-parents est quelque peu surjoué mais, après tout, le genre l’exige. On se rapproche de la farce à bien des moments, mais comme je l’ai dit, le ton léger parvient à plaire au spectateur et à lui faire oublier ses soucis actuels. Sans être inoubliable, c’est donc une comédie somme toute agréable.

Pour la bande-annonce (que je déconseille si vous voulez avoir quelques surprises), c’est ici 😊

8 réponses sur « Une comédie farce (Beaux-parents, Hector Cabéllo Reyes) »

Coucou !
Non non, peut être que tu te trompes sur la personne mais ça a toujours été Pamolico 😉 merci du compliment en tout cas ! C’est un melange de « coquelicot » en plusieurs langues parce que l’art est à la fois indépendant, fort et fragile, comme cette fleur…
C’est tout à fait ça pour cette comédie, un bon remède contre la morosité ou la déprime 🙃
Merci à toi du commentaire et une très belle soirée à toi aussi 🌌🌸

J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s