Catégories
Critiques littéraires Littérature étrangère

L’Amérique actuelle d’il y a dix ans (Phénomènes naturels, Jonathan Franzen)

Un presque coup de cœur. Un roman dense, complexe, construit et intelligent, mais surtout visionnaire. Jonathan Franzen écrit Phénomènes naturels en 1992 et semble dresser un portrait quasi satirique de l’Amérique actuelle et de sa société, ravagée par les entreprises chimiques, envahie de militants anti-avortement, pourrie par l’argent et par l’attrait du pouvoir.

L’auteur écrit donc les destins croisés de Louis Holland, fan de radio, d’Eileen Holland, sa sœur, de leur mère héritière un peu dérangée, de leur père professeur marxiste, mais aussi de Renée Seitchek, étudiante en sismologie, de Philip Stites, simili prêtre anti-avortement, et de tant d’autres vies qui se mêlent au récit, apparaissent puis sortent du cadre. Comme dans Freedom, bien plus dur à lire et bien moins intéressant d’après moi, le thème de l’environnement, de la Terre détruite à petit feu par l’homme, sont évoqués – et plusieurs pages assez moralisatrices sont glissées dans le livre, toujours aussi bien écrites. Comme dans Freedom, l’auteur crée un personnage investi dans cette cause, tiraillé entre argent et éthique, et invente une mère fantasque, instable et un peu folle. Enfin, comme dans Freedom, la famille et les relations familiales parfois compliquées, ont ici une place à part entière. Cette fois cependant, la fresque est vraiment réussie et on voit sous nos yeux se déplier un tableau immense qui semble représenter les États-Unis en leur entier, sans rien oublier.

Franzen est sacré en 2010 « grand romancier américain » par le Times et on retrouve effectivement dans son œuvre beaucoup d’éléments chers à la littérature américaine – ce principe de fresque à la fois familiale et politique tout d’abord, mais aussi ces vies mêlées, cet engagement, cette tendance à la satire et à l’humour caustique, à l’ironie. Son style est imagé, les phrases sont tantôt longues tantôt courtes, mais toujours riches et jamais incompréhensibles.

La construction est intéressante et le rythme du roman est bon, pour ne pas dire excellent. Si on peine à rentrer dans son univers, au bout d’une vingtaine de pages nos difficultés premières sont oubliées. Le narrateur parvient à alterner les points de vue en nous donnant tour à tour l’impression que Louis, puis Eileen, puis Renée, puis à nouveau Louis est le personnage principal. En réalité, ils le sont tous plus ou moins car aucun ne pourrait exister et faire entendre sa voix sans la présence des autres.

Un grand roman, à lire d’urgence.

Ce qu’en dit l’éditeur ici 🙂

6 réponses sur « L’Amérique actuelle d’il y a dix ans (Phénomènes naturels, Jonathan Franzen) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s