Une gifle magistrale (J’ai couru vers le Nil, Alaa El Aswany)

J’ai couru vers le Nil est particulièrement percutant. Sa construction en roman choral le rend encore plus fort, permet de montrer à quel point la Révolution a touché tout le monde, hommes et femmes, garçons et filles mais aussi pauvres et riches, jeunes et vieux. Pendant les cent premières pages, elle rend la lecture un peu laborieuse parce que les liens entre les différents noms qui apparaissent d’un chapitre à l’autre sont flous. S’immerger totalement dans l’univers du roman est compliqué au début tant les coutumes, le mode de vie des Égyptiens semblent venir d’un autre monde. Mais l’histoire – qui est aussi l’Histoire finit par happer le lecteur qui devient peu à peu coutumier de cette culture, mesure l’omniprésence de la religion, son rôle dans l’opposition mais aussi dans le soulèvement, son utilisation par les médias. La toile d’araignée créée par Alaa El Aswany se tisse peu à peu, devenant un véritable piège, transformant ce livre en témoignage, en cri du cœur.

Ne vous méprenez pas, ce n’est pas seulement un documentaire : c’est beaucoup plus que cela, c’est de l’amour, du sang, de l’humanité et des horreurs, des personnages qui deviennent des proches, des amis.

Le récit commence par suivre le Général Alouani, chef de l’Organisation et responsable de la Sécurité d’État. Ensuite, le roman s’attarde sur Dania sa fille étudiante en médecine, Achraf qui vit au pied de la place Tahrir, Asma et Manzen dont l’auteur imagine la correspondance. Des chapitres sont aussi consacrés aux opposants à la révolution, à Nourhane, présentatrice en vogue de la chaîne de télévision du régime, à Issam Chaalane, personnage ambigüe et complexe, et à tant d’autres.

Ce roman est riche, si riche, riche en personnages, en humanité, en informations. Chaque page est une surprise. Il parvient à donner une vision globale des événements de 2011, à dresser une véritable fresque de ce qu’est alors l’Égypte, tant socialement que politiquement parlant. Quelques pages sont également consacrées aux vrais témoignages de certains jeunes dont le nom a été modifié et l’identité ainsi préservée. Violemment projeté au cœur de l’intrigue, au cœur de la Révolution, le lecteur en saisit encore mieux la portée, les dommages.

C’est sans doute parce que les habitants de ce pays ne sont toujours pas libres au sens premier du terme que J’ai couru vers le Nil est interdit de publication dans le pays d’origine de Alaa El Aswany – ainsi que dans la majorité des pays du Monde Arabe, comme le rappelle ici La Croix avant de préciser que l’auteur est « poursuivi par le parquet général militaire égyptien pour ‘insultes envers le président, les forces armées et les institutions judiciaires égyptiens’ ». On remarquera d’ailleurs que le titre arabe La République comme si (publié sous ce nom au Liban) est bien plus parlant que J’ai couru vers le Nil.

Pour un peu plus d’informations sur la situation politique au pays des pharaons, c’est ici (vision globale, générale et très parlante de 1950 à 2014) et ici (politique du président actuel). Voici un entretien France Culture avec Alaa El Aswany où il évoque son livre, l’Égypte et la situation actuelle…

Enfin, vous trouverez ici ce que dit Actes Sud de ce roman qu’il édite.

Ils en parlent aussi : Les libraires masqués du grenier, La librairie d’Hélène, Parlez-moi de livres, Les mots chocolats, The unamed bookshelf, Le blog de Krol, Claja lit, Moon palaace, Un cahier bleu, Dadoulit, Far far away, Little coffee book, Le cri du lézard

15 réflexions sur “Une gifle magistrale (J’ai couru vers le Nil, Alaa El Aswany)

  1. Ping : Nefertari Dream, Xavier Marie Bonnot – Pamolico : critiques, cinéma et littérature

    1. C’est plus la construction et ce qu’il raconte qui m’ont vraiment plu, le style est assez ampoulė à certains moments ou bateau à d’autres. Je pense que l’auteur a cherché à coller un maximum aux personnages, ce pourquoi les voix narratives se confondent à bien des moments et ce pourquoi le style varie d’une page à l’autre.
      J’espère que je ne t’ai pas rebutée parce que le roman, son message surtout, vaut vraiment la peine !
      Merci de ce commentaire ☺

      J'aime

    1. C’est vraiment passionnant, palpitant et c’est un grand livre.
      Eeh oui, disons que quand on le lit et quand on sait que le régime égyptien n’est toujours pas très loin de la disctature, on comprend qu’il soit interdit… même si ce n’en est pas moins anormal !
      Bisous !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s