Don’t Look Up, Adam McKay

Kate, une aspirante doctorante en astronomie, Jennifer Lawrence la frange trop rousse, trop courte et les tempes rasées, les yeux très bleus, repère, une nuit d’euphorie, une nouvelle comète. Seul problème, comme le démontreront les calculs de Randall, son directeur de thèse, Leonardo DiCaprio les cheveux en houppette bouclée, le look rétro et les mains tremblantes, celle-ci se dirige droit vers la Terre : l’impact, prévu six mois plus tard, signera l’extinction de l’humanité. Le compte à rebours a commencé.

Or, nos scientifiques vivent dans une version stéréotypée à l’extrême de notre monde. Un facsimilé de Fox News semble devenu la chaîne de référence, le show incontournable étant présenté par deux bout-en-trains, Cate Blanchett et Tyler Perry, capables de positiver dans les pires circonstances – et qu’est ce qui pourrait être pire que la fin annoncée de notre espèce ? Une Meryl Streep gloussante aux anglaises enfantines remplace Donald Trump à la tête des États-Unis, et ce n’est pas forcément une bonne chose que l’homme à la mèche jaune soit parti. Ainsi, Randall, Kate et leur équipe sont confrontés au déni cosmique de ces milliardaires qui ne s’intéressent qu’à leurs profits et leur côte de popularité. Le mot d’ordre ? Don’t Look Up (ne pas regarder le ciel). Les esclandres, les éclats ainsi que la vie amoureuse des politiques et des stars – Ariana Grande se prêtant volontiers à l’exercice consistant à interpréter une caricature d’elle-même, sans hésiter à interpréter des chansons aux textes d’une rare bassesse langagière – occupent une place incontournable dans la vie de tous, et qu’importe si celle-ci venait à s’achever tant que les infos people (ou infox) sont là pour alimenter les fantasmes des petites gens.

En réalité, ce n’est pas l’entièreté des classes populaires qui se sent concernée par ceux qui font la une de la presse à scandale ou par cette mascarade politique : si les masses ayant porté Trump à la Maison Blanche sont des soutiens indéfectibles (ou presque) de Madame la Présidente, des marginaux aux cheveux longs qui se rassemblent autour de hauts feux de joie, une bière à la main, représentés par un Timothée Chalamet méconnaissable, drôle et finalement touchant, ignorent depuis longtemps les élucubrations des élites. Et quelles élites… Bientôt, deux camps s’affrontent, l’occasion pour Kate et Randall de naviguer d’un cercle sociétal à un autre – et pour Adam McKay de parfaire sa fresque d’un cynisme extrême, quitte à intercaler régulièrement, comme si le long-métrage sautait, des plans très courts rappelant que l’homme, quelle que soit sa stupidité mégalomane, n’est pas le seul habitant d’un monde voué à disparaître sous peu.

Parodie des films catastrophes autant que satire grandiloquente de notre société, Don’t Look Up fait dans l’excès pour mieux pointer du doigt nos travers, sur le fil entre amertume et comique, le burlesque triomphant. Chaque héros est un personnage type, certains étant étonnamment attachants malgré les clichés qu’ils véhiculent et représentent. Avertissement, plaidoyer écologique et politique, cette réalisation témoigne d’une rare impudence, tord les conventions, tourbillon étourdissant qui parfois agace tant il représente nos pires craintes de manière outrancière – mais quel meilleur moyen pour mettre l’homme face à ses contradictions ? Toujours est-il que ce second degré place Don’t Look Up et son casting cinq étoiles en pôle position aux Golden Globes 2022.

De : Adam McKay
Avec : Leonardo DiCaprio, Jennifer Lawrence, Meryl Streep
Genre : Comédie
Durée : 2h22
A voir sur Netflix depuis le 24 décembre 2021

Ils/elles en parlent aussi : Xapur. Spirale zone. La revanche du film. Le grand oculaire. Cinéfilik. Les boggans. Good time. La saveur des goûts amers. Ze rhubarbe blog. Les chroniques de Cliffhanger et Co. Blog du west 2. Actu du noir. Vampilou fait son cinéma. Au pays des cave trolls. La culture dans tous ses états. Séries de films. Newstrum. Lire et courir

19 réflexions sur “Don’t Look Up, Adam McKay

  1. Ping : Don’t Look Up : Déni Cosmique – Au pays des cave trolls

  2. Ping : Don’t look up (film, 2021) – Les Lectures de Xapur

  3. Maximelefoudulivre

    Bonjour Ceciloule,

    Je suis totalement d’accord, une belle satire de la société.
    Clownesque est un mot qui représente les personnages de pouvoir véhiculé par le film.

    Les personnages sont caricaturés mais restent parfois très proches d’une certaine réalité.

    Je recommande ce film 🙂

    Bonne journée

    Chaleureusement,

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s