Pieces of a Woman, Kornél Mundruczó

Les phrases de ce film sont longues, s’étirent, courent sur plusieurs minutes comme des mots courraient sur plusieurs lignes : peu de points, de cuts. Le montage est discret, la caméra se meut lentement, tourne dans la pièce autour des protagonistes, puis se concentre sur les mains, les ongles vernis, la jugulaire qui pulse, les doigts bagués crispés ou alanguis. Pieces of a Woman ou la lente reconstruction d’une femme, son quotidien après une épreuve, un accouchement compliqué qui donne lieu à un éprouvant plan-séquence d’une demi-heure au début de la réalisation. Vanessa Kirby est de toutes les scènes. Blonde, son anglais si british que l’on découvrait dans The Crown ici travesti et aux « r » marqués, pas ou peu maquillée après les faux cils de Margaret, sœur cadette d’Elizabeth II, l’actrice donne toute sa chair à Martha Weiss, sa fragilité explosive, sa fébrile remontée vers la lumière. Sa voix cassée se brise dans les aigus ou sur un silence, et sa performance a des chances d’être saluée du Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique. Kornél Mundruczó, réalisateur hongrois plusieurs fois nominé à Cannes, tourne son premier long-métrage en anglais. Il y donne une place importante aux pauses sonores, à l’absence de dialogues. Sa caméra et la bande-son instrumentale parlent pour le reste, disent avec beaucoup de poésie la douleur de la perte, d’une relation familiale compliquée, l’impossible compréhension au sein d’un couple dont les deux entités sont séparées par un fantôme. Ce film témoigne de la fibre très féminine de Kornél Mundruczó – peut-être la doit-il pour partie à sa femme, également sa scénariste, Kata Wéber –, de sa sensibilité ici portée par Vanessa Kirby qu’il compare « aux icônes du cinéma européen, Hanna Schygulla, Catherine Deneuve ou Claudia Cardinale. Des actrices qui cachent un secret sous la beauté de leur apparence et ont un immense pouvoir émotionnel ». Si émotion il y a, c’est aussi parce que le couple derrière la caméra puise dans sa propre histoire : le réalisateur avouait d’ailleurs à Frédéric Strauss pour Télérama, « Avec Pieces of a Woman, c’est un peu ce comme si je disais : voici ce que je suis ».

Tourné dans la ville américaine très anglaise de Boston, le long-métrage s’appuie sur ses brickstones typiques de la Nouvelle Angleterre, sur son architecture. Le pont qui marque le passage des mois rappelle le lien effiloché qui unissait Martha et Sean, son mari. Beaucoup de symboles éclosent, un plan faisant écho à un autre. La mélancolie et la reconstruction sont au cœur du film et Vanessa Kirby creuse les failles de son personnage, ses grands yeux gris plein d’un chagrin amer et perdu se voilant parfois de larmes qui creusent des sillons sur la peau duveteuse de ses joues. Elle se met à nu, se dévoile entièrement, se « jette dans le vide » dès la première scène, filmée sans filet et après seulement six prises. L’actrice n’est pas mère elle-même et a assisté à un accouchement pour pouvoir faire du plan d’ouverture ce qu’il est – un chef d’œuvre de justesse et de douleur. Elle et celle qu’elle incarne nous émeuvent, la tristesse brumeuse qui les nimbe se dissipe par intervalles, percée par le rouge flamboyant d’un manteau, un éclat de rire ironique ou un cri, par la lueur de l’espoir entrevu alors que Martha se redresse et parle.

De : Kornél Mundruczó
Avec : Vanessa Kirby, Shia LaBeouf, Ellen Burstyn
Genre : drame
Durée : 2h06min
Plateforme : Netflix
Bande-annonce disponible ici

Ils en parlent aussi : Cinétib, Sea you soon, Cinéfilik, Cinémathèque de Clélia, On se fait un ciné, La pause cinéphile, Cinérama, Les chroniques de Cliffhanger et Co, Séries de Films, Watch buddy, Phantasmagory, Culture aux trousses, Les mots d’Amélie, Cozy mornings and books, Animal lecteur, Novartistique, Les plumes du colibri, Le blog des cinécurieux

11 réflexions sur “Pieces of a Woman, Kornél Mundruczó

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s