La soustraction des possibles, Joseph Incardona

Avant de dire quoi que ce soit sur le contenu de La soustraction des possibles, attardons-nous un instant sur l’objet en lui-même. Une couverture travaillée, atypique, intrigante (et dorée !), des pages épaisses et moelleuses sous les doigts. La lecture commençait bien. Joseph Incardona joue avec les codes, s’amuse des règles et les transgresse, mais jamais …

Lire la suite de La soustraction des possibles, Joseph Incardona

Le cas Richard Jewell, Clint Eastwood

Si le personnage de Richard Jewell nous fait indéniablement compatir, sa passivité et son incapacité première à se mettre en colère contre les forces de l’ordre qu’il rêve de rejoindre sont rapidement sources d’agacement. Richard, dont on suit le parcours depuis un cabinet d’avocats où il rechargeait en Snickers les tiroirs de Watson Bryant, a …

Lire la suite de Le cas Richard Jewell, Clint Eastwood

Le monde n’existe pas, Fabrice Humbert

Dans le monde d’aujourd’hui, réalité et fiction se confondent de plus en plus souvent. Des photographies truquées fleurissent sur le net, des mises en abîme perturbantes et floues éclosent, des montages sonores remplacent les bruits de la nature. Les hommes passent plus de temps immergés dans des histoires, dans des images fictionnelles, dans des pages …

Lire la suite de Le monde n’existe pas, Fabrice Humbert

Scandale, Jay Roach

Au départ, il s’agit de trois femmes, trois blondes, plutôt jolies, plutôt bien faites, qui travaillent à Fox News. Deux sont présentatrices – l’une sur le déclin, l’autre à l’apogée de sa carrière, tandis que la troisième se contente de rêver de ce poste. À la tête de la chaîne, Roger Ailes (John Lithgow), un …

Lire la suite de Scandale, Jay Roach

Quatre sœurs, quatre destins (Les filles du Docteur March, Greta Gerwig)

Ce film raconte une jolie histoire, interprétée par des acteurs jeunes, pleins de fougue et d’inspiration. Basée sur les écrits de Louisa May Alcott ainsi que sur le roman Little women (Les quatre filles du docteur March), la réalisation met en scène une famille, quatre sœurs et leur mère -leur père combattant avec l’armée unioniste …

Lire la suite de Quatre sœurs, quatre destins (Les filles du Docteur March, Greta Gerwig)

Banlieue à fleur de peau (Les misérables, Ladj Ly)

C’est l’histoire d’une guerre. D’une guerre à demi-mot puis d’une guerre ouverte. D’une guerre entre trois flics de la BAC et les jeunes d’une cité. Les arbitres ? « Le maire » de la banlieue, un gros bonnet local de la drogue et les frères musulmans. L’étincelle ? Il n’y en a à la fois qu’une et des tas. …

Lire la suite de Banlieue à fleur de peau (Les misérables, Ladj Ly)

Canicule à Berlin (La Maison, Emma Becker)

Ce roman a été lu dans le cadre du Prix du Roman des Étudiants France Culture / Télérama 2019. Ce roman est sans doute davantage un essai sociologique qu’une œuvre de fiction. À de nombreuses reprises – quasiment à chaque page en fait, il met mal à l’aise et questionne toute certitude. Emma Becker parle …

Lire la suite de Canicule à Berlin (La Maison, Emma Becker)

Un délice doux-amer (Orange amère, Ann Patchett)

Orange amère est l’un de ces rares romans que l’on n’a pas envie de refermer, où l’on n’a pas envie de quitter les personnages. Ce fut difficile de s’attacher à eux, de bien cerner les liens familiaux (surtout de les retenir) qui les relient. Mais une fois que la généalogie, que la toile s’est bien …

Lire la suite de Un délice doux-amer (Orange amère, Ann Patchett)

Critique caustique humoristique (Zaï Zaï Zaï Zaï, Fabcaro)

Cette bande-dessinée caustique à souhait et pleine d’humour permet à Fabcaro de dénoncer les maux de notre société de consommation. Son héros, grandement inspiré de lui-même, a oublié par malheur sa carte de fidélité « dans son autre pantalon » : s’en suit alors sa cavale à travers la France, jusqu’en Lozère. Les planches évoquent de nombreux corps …

Lire la suite de Critique caustique humoristique (Zaï Zaï Zaï Zaï, Fabcaro)

Rire, une malédiction (Joker, Todd Philips)

Arthur Fleck vit avec sa mère, Penny, dans les quartiers lugubres de Gotham City, ville sinistre s’il en est. Il est clown à ses heures perdues, et surtout, il souffre d’une maladie mentale lui provoquant des fous rires qu’il ne peut contrôler – même aux moments les plus inopportuns. Todd Phillips filme la descente aux …

Lire la suite de Rire, une malédiction (Joker, Todd Philips)

Un homme banal pas banal (L’angle mort, Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic)

Voilà un film quelque peu poétique mais aussi assez perturbant, et je ne pense pas être la seule qu’il laissera perplexe, sur sa faim. Dominick (Jean-Christophe Folly) a un don (ou est-ce une malédiction ?), il peut devenir invisible à l’envi. À l’envi ? Plus vraiment. Son pouvoir, à l’image du Paris dans lequel il vit, se …

Lire la suite de Un homme banal pas banal (L’angle mort, Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic)

Clash des classes (La saison des feux, Celeste Ng)

Céleste Ng met en scène deux familles, deux modes de vie opposés, deux perceptions des choses. Si Mia est mère célibataire, artiste, et a élevé Pearl seule et sans jamais se poser plus de six mois au même endroit, Elena est mariée et vit depuis toujours à Shaker Heights d’où elle est partie juste le …

Lire la suite de Clash des classes (La saison des feux, Celeste Ng)

L’Afrique du futur (Rouge impératrice, Leonora Miano)

Ce roman est ardu… Tellement ardu que d’aucuns n’arriveront pas au bout. L’idée de base est pourtant intéressante. L’auteure raconte une histoire d’amour ayant pour toile de fond une Afrique futuriste, une Afrique toujours debout, recentrée sur elle-même, sur son Histoire, son passé et ses ancêtres (les esprits ont ici la parole) et ayant même …

Lire la suite de L’Afrique du futur (Rouge impératrice, Leonora Miano)

Deux moi pour un nous (Deux moi, Cédric Klapisch)

Le postulat de départ est pour le moins original : s’intéresser aux deux moitiés d’un « nous » alors qu’ils sont encore chacun un « soi » et ne se connaissent pas encore. Rémy et Mélanie vivent à Paris – pas vraiment dans la capitale poétique et bohème qui attire tant, non, plutôt dans les confins de la métropole, face …

Lire la suite de Deux moi pour un nous (Deux moi, Cédric Klapisch)

L’homme, un animal civilisé (Les choses humaines, Karine Tuil)

Karine Tuil aime décidément s’attaquer aux maux de notre monde contemporain. Après L’insouciance paru en 2016 qui évoquait le racisme, et L’invention de nos vies dans lequel elle s’intéressait à l’identité et à la judéité – comme ici – c’est cette fois au tour du viol de passer entre les mains de l’auteure. À nouveau, …

Lire la suite de L’homme, un animal civilisé (Les choses humaines, Karine Tuil)

Le graphisme surpasse le scénario (Les hirondelles de Kaboul, Zabou Breitman)

À Kaboul, en 1998, Zunaira et Mohsen sont jeunes, ils s’aiment et leur plus grand désir est de retrouver la liberté dont ils jouissaient avant que le régime des talibans ne leur interdise de se tenir la main en public, de sortir chaussés de blanc, de s’amuser et d’avoir l’esprit léger. Les femmes ont l’obligation …

Lire la suite de Le graphisme surpasse le scénario (Les hirondelles de Kaboul, Zabou Breitman)

Antigone dans le feu du djihad (Embrasements, Kamila Shamsie)

Embrasements est un coup de poing, un livre magistral, une réécriture du mythe d’Antigone maîtrisée à la perfection. Amour, politique, trahison, mensonge, actualité et religion se côtoient, se confrontent pour finalement se mêler et former un livre qui a été un véritable coup de cœur. Isma, Aneeka et Parvaiz Pasha sont frères et sœurs, orphelins …

Lire la suite de Antigone dans le feu du djihad (Embrasements, Kamila Shamsie)

Féminisme et politique (Mangoustan, Rocco Giudice)

Ce roman est semblable à un étonnant triptyque, brossant le portrait de trois femmes à la fois très différentes et similaires. La première, Laure, est une Française expatriée qui a suivi son mari à Singapour avant qu’il ne la quitte pour leur femme de ménage. La seconde, Irina, est une Ukrainienne d’une trentaine d’années, une …

Lire la suite de Féminisme et politique (Mangoustan, Rocco Giudice)

Lunaire mais réaliste (Automne, Ali Smith)

Ce livre ne ressemble à rien de connu et à tout ce qui a été lu. Le style est à la fois fluide et haché, le roman est plein d’anaphores, de briéveté, de phrases longues et d’autres de quelques mots, formant un ensemble lunaire mais aussi confondant de réalisme. Très poétique, Automne est étonnant, il …

Lire la suite de Lunaire mais réaliste (Automne, Ali Smith)

« D’un ennui incommensurable » (Faserland, Christian Kracht)

Ce Faserland est une réédition par Phébus d’un classique de la littérature allemande, originellement paru en 1995. À la lecture de la quatrième de couverture, d'aucuns pensent se plonger dans une sorte de road-trip mais ce n’en est pas un. Il s’agit davantage d’une traversée monocorde de l’Allemagne, des pérégrinations d’un narrateur, soit soûl soit …

Lire la suite de « D’un ennui incommensurable » (Faserland, Christian Kracht)

Un brouhaha mélodieux (Tango, Elsa Osorio)

Ana vit en France, à Paris, et elle est la fille de parents ayant fui la dictature militaire argentine. Un soir, elle rencontre Luis, Portègne en visite dans la capitale. Une passion les réunit, le tango, comme cette danse avait réuni leurs ancêtres avant eux. Les chapitres se suivent et s’alternent, nous emportant tantôt dans …

Lire la suite de Un brouhaha mélodieux (Tango, Elsa Osorio)

Une famille passée au crible (Les Altruistes, Andrew Ridker)

Arthur et Francine ont deux enfants, Maggie et Ethan, et tous les quatre vivent aux États-Unis, à St Louis. Arthur est un universitaire non-titulaire, ancien ingénieur, et Francine est psy. Le livre commence alors que les deux enfants sont des adolescents puis nous voilà transportés dans le futur, dans la vie d’une Maggie de vingt …

Lire la suite de Une famille passée au crible (Les Altruistes, Andrew Ridker)

Un roman loufoque (L’étrange histoire du collectionneur de papillons, Rhidian Brook)

Rhidian Brook livre ici un roman farfelu, dans le jus de son époque. Il se déroule dans les années 1980, aux États-Unis. Llewellyn Jones, gallois en visite chez sa tante, rencontre Joe Bosco et sa sœur Mary alors qu’il paressait au bord d’une rivière, un livre à la main. Et voilà que l’aventure commence. Joe …

Lire la suite de Un roman loufoque (L’étrange histoire du collectionneur de papillons, Rhidian Brook)

Berlin Est en quelques pages (De l’autre côté, la vie volée, Aroa Moreno Durán)

Raconté à la première personne, ce roman nous emmène dans le Berlin de la Guerre Froide, alors coupé en deux par un poste frontière puis ensuite par un mur. La narratrice, Katia, relate sa vie, évoque son enfance et celle de sa sœur Martina, parle de ses parents et de la nostalgie de sa mère, …

Lire la suite de Berlin Est en quelques pages (De l’autre côté, la vie volée, Aroa Moreno Durán)

Les coulisses de Tinseltown (Once Upon a Time… in Hollywood, Quentin Tarantino)

Pour découvrir Tarantino, opter pour Once Upon a Time... in Hollywood n'est peut être pas judicieux. La violence tarde à faire son apparition et la réalisation peine à trouver son rythme. Tarantino recrée les rues de la Los Angeles d’août 1969, nous emporte dans l’intimité de Rick Dalton (Leonardo DiCaprio) et de Cliff Booth, son …

Lire la suite de Les coulisses de Tinseltown (Once Upon a Time… in Hollywood, Quentin Tarantino)

La rage de vivre (Une joie féroce, Sorj Chalandon)

Les premières pages d'Une joie féroce sont très dures. La découverte du mal, la solitude, la peur de la mort, l’angoisse, l’hôpital. Mais il faut s’accrocher, comme le fait Jeanne. Il faut s’accrocher parce que, peu après, la lumière rentre doucement dans sa vie, au fur et à mesure qu’elle assume son statut de « …

Lire la suite de La rage de vivre (Une joie féroce, Sorj Chalandon)

Un scénario qui dérape (La chance de leur vie, Agnès Desarthe)

Les deux premières parties de La chance de leur vie sont savoureuses. Les personnages sont originaux, atypiques, gentiment barrés, à tel point que chacun peut s’identifier un tant soit peu à l’un d’entre eux. Sylvie, Hector et leur fils, Lester, débarquent en Caroline du Nord, aux États-Unis, pour le travail d’Hector. Sylvie est mère au …

Lire la suite de Un scénario qui dérape (La chance de leur vie, Agnès Desarthe)

Suspense, perversité et mystère (Le maître des illusions, Donna Tartt)

Passé composé et imparfait pour raconter l’irracontable… Richard, le narrateur, est Californien mais rêve de disparaître de cet état, de quitter ses parents misérables et la station-service de son père. Il atterrit finalement à la faculté d’Hampden, dans le Vermont, où il choisit d’étudier le grec ancien. Ce n’est pas tant la matière, certes qu’il …

Lire la suite de Suspense, perversité et mystère (Le maître des illusions, Donna Tartt)

Une réécriture intéressante mais incohérente (Le nouveau, Tracy Chevalier)

Tracy Chevalier s’inspire ici de Othello, la tragédie de Shakespeare pour créer un décor et une histoire lui permettant de dénoncer le racisme et le harcèlement scolaire. Bâti en cinq parties (comme les cinq actes de Shakespeare), scindant ainsi une journée d’école, l’auteure raconte l’histoire de Dee et O, ce dernier venant d’arriver à Washington, …

Lire la suite de Une réécriture intéressante mais incohérente (Le nouveau, Tracy Chevalier)

Trois accords et la vérité (Wild Rose, Tom Harper)

Rose-Lynn (Jessie Buckley) est écossaise (quel accent !) et elle est fan de country – qu’elle chante depuis toujours. À sa sortie de prison, elle retrouve ses deux enfants et sa mère (Julie Walters). Une amie de celle-ci lui cède sa place de femme de ménage chez Susannah, une riche expatriée anglaise qui a été …

Lire la suite de Trois accords et la vérité (Wild Rose, Tom Harper)

Une réécriture décevante (Vinegar Girl, Anne Tyler)

Après une lecture (rapide et non-exhaustive, j’en ai peur) du résumé de La Mégère apprivoisée, pièce à laquelle ce roman est censé faire écho, je dois avouer que je vois Vinegar Girl (ou Fille vinaigre, littéralement) d’un autre œil – sans être totalement convaincue pour autant. Kate (inspirée de la Catharina de Shakespeare), passionnée de …

Lire la suite de Une réécriture décevante (Vinegar Girl, Anne Tyler)

Alice, femme de son temps (La symphonie du hasard, Douglas Kennedy)

Douglas Kennedy dresse ici un portrait de femme où rien ne manque. Tous ses personnages sont construits, leur psychologie est intéressante et aucun n’est pensé de manière manichéenne. Rien n’est ici noir ou blanc d’ailleurs : cette trilogie est bâtie toute en nuances, sur deux décennies. Les États-Unis, leur Histoire depuis les années 70 servent …

Lire la suite de Alice, femme de son temps (La symphonie du hasard, Douglas Kennedy)

L’ombre et la lumière (Nevada, Laure de Clermont-Tonerre)

Un véritable coup de cœur que ce film : chaque plan surpasse le précédent en finesse et en beauté. L’histoire, racontée tout en finesse, suit les traces de Roman Coleman (Matthias Schoenaerts, habitué aux rôles de détenus sensibles mais potentiellement colériques), un prisonnier sombre et mystérieux qui ne semble s’éveiller qu’au contact des chevaux sauvages …

Lire la suite de L’ombre et la lumière (Nevada, Laure de Clermont-Tonerre)

Bouillon de culture (Conte de cinéma, jean Lods)

Une perle rare que ce roman, tellement étrange, tellement lunaire… Jean Lods est un habitué de ce sujet : il a écrit une thèse sur le cinéma en 2010, il sait donc de quoi il parle. Son écriture va avec le reste, elle est à la fois belle et biscornue, peu commune. Ses héros semblent tous …

Lire la suite de Bouillon de culture (Conte de cinéma, jean Lods)

« Une comédie sans clowns, une tragédie sans méchants » (Parasite, Bong Joon Ho)

La famille de Ki-Taek vit dans un taudis en Corée du Sud, tous sont sans emploi. Il y a la fille, le fils, la mère et le père (Song Kang Ho, éminent acteur coréen). Il s’agit d’une famille plutôt normale, qui lutte pour vivre comme tant de personnes en Corée, comme tant de personnes partout …

Lire la suite de « Une comédie sans clowns, une tragédie sans méchants » (Parasite, Bong Joon Ho)

Finesse, psychologie et mystère (Un peu, beaucoup, à la folie, Liane Moriarty)

Ce roman est une réussite. La psychologie des personnages est très travaillée, chacun peut aisément s’identifier tantôt à l’un, tantôt à l’autre, d’autant plus que la narration leur donne la part belle alternativement. Leurs pensées, leurs préoccupations et leurs obsessions gravitent toutes plus ou moins autour du même événement : ce qui s’est passé « le jour …

Lire la suite de Finesse, psychologie et mystère (Un peu, beaucoup, à la folie, Liane Moriarty)

Un film étriqué (Sibyl, Justine Triet)

Sybil ou un film violent, grotesque par moments. Sibyl (Virginie Efira, impressionnante), psychanalyste, décide de revenir à ses premiers amours et de se remettre à l’écriture, quittant pour ce faire nombre de ses patients. Lorsque Margot (Adèle Exarchopoulos, parfaite dans ce rôle) l’appelle, en larmes, affolée et éplorée, elle ne peut faire autrement que de la …

Lire la suite de Un film étriqué (Sibyl, Justine Triet)

L’amour à cinquante ans (Retour de flamme, Juan Vera)

Si les romans d’Anne Tyler (plus particulièrement Un mariage amateur) devaient être transposés en films, alors ils ressembleraient à Retour de flamme. Un couple s’aime, mais le sentiment amoureux n’est plus là – ce qui semble somme toute logique après vingt ans de vie commune… Alors une fois leur fils Luciano parti, Marco et Ana …

Lire la suite de L’amour à cinquante ans (Retour de flamme, Juan Vera)

Une romance historique (Cœurs ennemis, James Kent)

Une belle romance sur fond historique que Cœurs ennemis. L’époque post-seconde guerre mondiale est bien exploitée et voir ce film est aussi l'occasion d'apprendre quelques détails sur cette période. Au départ, Cœurs ennemis était un roman (Dans la maison de l’autre) même si, en premier lieu, Rhidian Brook pensait réaliser un film davantage qu’un livre : les …

Lire la suite de Une romance historique (Cœurs ennemis, James Kent)

L’amour abstrait (Celle que vous croyez, Safy Nebbou)

Celle que vous croyez délivre un message très intéressant sur la société d’aujourd’hui. Perdus dans nos écrans, ne manquons-nous pas l’essentiel, pourtant à portée de main ? Ne nous abritons-nous pas trop derrière notre identité virtuelle ? Claire (Juliette Binoche) a une petite cinquantaine, elle vient d’être abandonnée par Ludo qui n’est pas intéressé par une relation …

Lire la suite de L’amour abstrait (Celle que vous croyez, Safy Nebbou)