Celestia, Manuele Fior

Celestia ou l’île qui a survécu. Dans un futur lointain, cette ville aux airs de Venise en pleine aqua alta gît seule au cœur de l’eau, ses palais se dressant, majestueux et effrayants dans l’ombre de la nuit. Y errent des hommes et des femmes télépathes, des brigands, des prostituées langoureuses. Entre les lueurs, des …

Lire la suite de Celestia, Manuele Fior

Chambre 212, Christophe Honoré

Chambre 212 ou une réalisation fantaisiste et poétique, où plane comme une mélodie triste et aérienne, à l’image de la sonate en fa mineur de Scarlatti qui berce les scènes. Christophe Honoré crée une atmosphère romantique et étrange, partant de Chiara Mastroianni pour bâtir une réalisation légère ayant en son cœur le couple et le …

Lire la suite de Chambre 212, Christophe Honoré

Mon premier rêve en japonais, Camille Royer

Camille, petite fille française, est métisse : sa mère est japonaise et son père, français. Parce qu’il s’agit de ses racines, de son histoire, de sa famille, elle apprend les kanjis et les hiraganas, elle essaie d’apprivoiser cet alphabet si différent du nôtre – du sien. Et puis, parce que c’est une enfant comme les autres, …

Lire la suite de Mon premier rêve en japonais, Camille Royer

Le chardonneret, Donna Tartt

Chef d’œuvre, récit d’apprentissage, traité philosophique, manifeste nihiliste, malédiction sordide, éblouissement, rêve auquel s’accrochent des filaments de cauchemars. Le chardonneret, où l’histoire d’un tableau mais aussi d’un homme, enfant devenu grand, Theodore Decker. L’oiseau immobilisé sur son perchoir, immortalisé dans son immobilité est semblable à une allégorie – allégorie du héros, du peintre mais aussi …

Lire la suite de Le chardonneret, Donna Tartt

Avant la longue flamme rouge, Guillaume Sire

Quel roman. Dès les premières pages, l’émotion qui nous envahit est particulière, les mots font mouche, l’alchimie fonctionne. Les phrases sont courtes, l’onirisme imprègne chaque paragraphe. Peter Pan, L’Odyssée, René Char, la mythologie grecque, hindoue, les légendes. Tout cela se mêle dans la tête de Saravouth pour finalement faire corps avec lui, avec sa vie, …

Lire la suite de Avant la longue flamme rouge, Guillaume Sire

Lunaire mais réaliste (Automne, Ali Smith)

Ce livre ne ressemble à rien de connu et à tout ce qui a été lu. Le style est à la fois fluide et haché, le roman est plein d’anaphores, de briéveté, de phrases longues et d’autres de quelques mots, formant un ensemble lunaire mais aussi confondant de réalisme. Très poétique, Automne est étonnant, il …

Lire la suite de Lunaire mais réaliste (Automne, Ali Smith)

L’amour, les remords et les regrets (Les variations sentimentales, André Aciman)

Après Appelle-moi par ton nom, André Aciman signe un nouveau roman sur l’amour, le désir et les sentiments. Paul, jeune homme assez indécis quant à son orientation sexuelle, tombe amoureux souvent, beaucoup, passionnément et chacune des parties de cette œuvre porte le nom d’un de ses soupirants. Il écrit tantôt en s’adressant à l’objet de …

Lire la suite de L’amour, les remords et les regrets (Les variations sentimentales, André Aciman)

Un univers onirique qui nous perd (L’inconsolé, Kazuo Ishiguro)

Une certaine perplexité nous saisit – à moins que nous n’échappions à toute généralisation – à la lecture de L'inconsolé. Oscillant perpétuellement entre rêve et réalité, le héros de Kazuo Ishiguro – M. Ryder – semble tour à tour perdu dans des hallucinations étranges puis parfaitement éveillé. La plus grande cause de ce déboussolement est …

Lire la suite de Un univers onirique qui nous perd (L’inconsolé, Kazuo Ishiguro)

Rire ou pleurs ? (Thunder Road, Jim Cummings)

Thunder Road est présenté comme une comédie mais c’est bien davantage un drame. Thunder Road, c’est l’histoire de James Arnaud (Jim Cummings) qui vient de perdre sa mère, divorce, ne s’entend pas trop avec sa fille que pourtant il adore, a des réactions bizarres au travail. Il est dépressif selon ses proches, mais on dirait …

Lire la suite de Rire ou pleurs ? (Thunder Road, Jim Cummings)

Une erreur de casting? (Les rêveuses, Frédéric Verger)

Une page, puis deux, puis trois. A chaque ligne, on se dit que le livre va décoller, que l’histoire va prendre son sens. Elle ne le prendra pas. Peut-être est-ce la volonté de l’auteur que d’être fidèle jusqu’au bout au titre choisi, et peut-être veut-il donner à son écrit l’inconsistance des rêves et ce goût …

Lire la suite de Une erreur de casting? (Les rêveuses, Frédéric Verger)