Catégories
Romans français

La femme-écrevisse, Oriane Jeancourt Galignani

La femme-écrevisse ou une gravure imaginaire de Rembrandt, une obsession, une lubie qui hantera les Von Hauser à jamais. Descendants de Margot, amante malheureuse de l’artiste hollandais du XVIIème siècle (et sans doute double littéraire de Geertje Dircx…), Ferdinand, Grégoire et Lucie sont dévorés par cette œuvre, par ses implications. Le roman s’ouvre en 1642, […]

Catégories
Romans français

Les corps insurgés, Boris Bergmann

Parce que nous, les hommes, sommes faits pour nous révolter. Pour exister, il faut nous manifester, faire plus vive la flamme qui nous anime. Insurger notre corps. L’essence même de l’espèce humaine – se dresser face à une injustice, défendre une cause. Faire brûler son âme, illuminer chaque partie de sa carcasse. En 1740 en […]

Catégories
Critiques, cinéma français

Portrait de la jeune fille en feu, Céline Sciamma

Robe rouge contre robe verte, chevelure blonde contre chevelure brune, Héloïse et Marianne, une jeune femme destinée au mariage, une autre, solitaire. Quand elles se rencontrent, Héloïse (Adèle Haenel) sort du couvent tandis que Marianne (Noémie Merlant) a été missionnée par la mère de la première pour réaliser son portrait. Le tableau sera envoyé au […]

Catégories
Romans étrangers

Intéressant mais un peu mièvre (Je suis si bien ici sans toi, Courtney Maum)

Une illustration bien sombre pour un livre qui semble si léger, en apparence. Oui, l’Irak, parce que, l’art politique, c’est le truc du héros. De base. Avant de peindre des pièces vues par le trou d’une serrure. Bref. Ce roman, c’est l’histoire d’une erreur. Le narrateur a trompé sa femme, s’en mord les doigts et […]

Catégories
Critiques, cinéma étranger

Oh f**k ! (Alberto Giacometti : the final portrait, Stanley Tucci)

C’est un film qui n’est pas à la hauteur du génie de son héros. Le jeu des acteurs est excellent – surtout celui de Geoffrey Rush, malgré son accent anglais lorsqu’il parle français alors qu’il joue un italien. L’hommage à Giacometti est tangible : les couleurs et les lumières du film déclinent une kyrielle de tons […]