Requiem pour la jeune amie, Gilles Leroy

La plume de Gilles Leroy danse, ondule, chante, sur les talons de la jeune amie à qui il dédie ce roman. Par bribes, il reconstitue leur histoire, platonique, coup de foudre amical, se rappelle, se plonge dans leur jeunesse – 1977 puis, soudain, le choc de 1984. Croisée lors d'une fête, sa silhouette si frêle …

Lire la suite de Requiem pour la jeune amie, Gilles Leroy

Tes ombres sur les talons, Carole Zalberg

Carole Zalberg a une écriture chantante, toute en finesse et en nuances. Elle rejette le verbe juste avant le point, aime à placer les compléments avant le prédicat, à alterner longs énoncés et phrases elliptiques. Elle commence par une narration à la première personne, raconte la malaise et le mal-être, les premiers échecs. Puis elle …

Lire la suite de Tes ombres sur les talons, Carole Zalberg

En thérapie, Olivier Nakache et Eric Toledano

Be’Tipul est une série israélienne qui a été adaptée dans une vingtaine de pays. Eric Toledano et Olivier Nakache ont porté le projet en France, défendant un scénario qui, de prime abord, n’emballait pas les chaînes. Même Arte était réticente avant que les deux réalisateurs à l’origine notamment de Nos jours heureux, Intouchables et Hors-normes …

Lire la suite de En thérapie, Olivier Nakache et Eric Toledano

Paris ne finit jamais, Enrique Vila-Matas

En mêlant autobiographie et fiction pour signer un livre qui semble être un recueil de brèves, Enrique Vila-Matas parvient à insuffler à sa prose parfois trop foisonnante légèreté, humour et ironie. Si ses phrases sont déjà (publication originelle en 2004) aussi longues que dans Cette brume insensée, elles ont cette pointe de délicatesse étourdie et …

Lire la suite de Paris ne finit jamais, Enrique Vila-Matas

La femme-écrevisse, Oriane Jeancourt Galignani

La femme-écrevisse ou une gravure imaginaire de Rembrandt, une obsession, une lubie qui hantera les Von Hauser à jamais. Descendants de Margot, amante malheureuse de l’artiste hollandais du XVIIème siècle (et sans doute double littéraire de Geertje Dircx…), Ferdinand, Grégoire et Lucie sont dévorés par cette œuvre, par ses implications. Le roman s’ouvre en 1642, …

Lire la suite de La femme-écrevisse, Oriane Jeancourt Galignani

Vingt et un jours, Laurence Tellier-Loniewski

Vingt et un jours peut sembler être un délai plus que raisonnable pour qu’un demandeur d’asile complète son dossier et le remette à l’Opfra qui examinera ensuite son cas. En tout cas, Émeline, la protagoniste, considère de prime abord que ces trois semaines seront largement suffisantes pour se charger du formulaire d’Ehsan – mais les …

Lire la suite de Vingt et un jours, Laurence Tellier-Loniewski

La belle époque, Nicolas Bedos

Victor (Daniel Auteuil) a vieilli. Il est devenu pantouflard, prévisible, misanthrope, mal dans son époque, déprimé et déprimant. Ces termes, ce sont peu ou prou ceux employés par sa femme, Marianne (Fanny Ardant), quand elle le met dehors. L’ami de leur fils, Antoine (Guillaume Canet), entrepreneur, vient de créer un tout nouveau concept : Les voyageurs …

Lire la suite de La belle époque, Nicolas Bedos

Chambre 212, Christophe Honoré

Chambre 212 ou une réalisation fantaisiste et poétique, où plane comme une mélodie triste et aérienne, à l’image de la sonate en fa mineur de Scarlatti qui berce les scènes. Christophe Honoré crée une atmosphère romantique et étrange, partant de Chiara Mastroianni pour bâtir une réalisation légère ayant en son cœur le couple et le …

Lire la suite de Chambre 212, Christophe Honoré

Ne plus jamais marcher seuls, Laurent Seyer

Ne plus jamais marcher seuls – comme dans l’hymne du Liverpool Football Club – ou une comédie à l’anglaise, un peu décalée, un peu (trop) stéréotypée. Laurent Seyer avait déjà livré un roman évoquant le foot et l’Angleterre, et il persiste et signe, une fois encore, un livre qui s’attarde sur les fans anglais. Ce …

Lire la suite de Ne plus jamais marcher seuls, Laurent Seyer

Isabelle, l’après-midi, Douglas Kennedy

Isabelle, l’après-midi (Isabelle in the Afternoon) ou l’une de ces lectures qui remettent en cause notre vie, notre quotidien et tous nos choix – passés et à venir. Douglas Kennedy abandonne toute légèreté, si tant est que ses œuvres aient déjà été « légères ». Il nous plonge dans une mélancolie teintée d’espérance – jusqu’au bout, et …

Lire la suite de Isabelle, l’après-midi, Douglas Kennedy

Les Aventures de Boro, reporter photographe, Franck et Vautrin

Tome 1, La dame de Berlin Boro Reporter Photographe a un peu vieilli, mais il est toujours capable de courir – même avec une patte folle ! Dans La dame de Berlin, le premier opus de ses aventures, Blèmia Borowicz, ce fameux Hongrois émigré, vit dans le Paris des années 1930, ou plutôt survit tant bien …

Lire la suite de Les Aventures de Boro, reporter photographe, Franck et Vautrin

Nefertari Dream, Xavier Marie Bonnot

D’une plume à la fois brute et imagée, Xavier-Marie Bonnot raconte dans Nefertari Dream, l’Égypte, l’Égypte ancienne et l’Égypte contemporaine qui se mêlent, qui vivent l’une superposée à l’autre, indissociables et pourtant ne faisant pas l’unanimité : s’intéresser aux pharaons est considéré comme impie par les radicaux. "Nouer l'ancien et le présent... L’Égypte est faite …

Lire la suite de Nefertari Dream, Xavier Marie Bonnot

Les inconsolés, Minh Tran Huy

Entre souffrance et poésie, entre passion et conte de fée, les mots de Minh Tran Huy nous touchent en plein cœur, flèches de Cupidon qui ne manquent jamais leur cible. Lise et Louis, Louis et Lise, deux prénoms aux sonorités qui se mêlent, se répondent et s’appellent, comme leurs corps et leur amour. Leur histoire …

Lire la suite de Les inconsolés, Minh Tran Huy

La femme révélée, Gaëlle Nohant

Gaëlle Nohant, avec beaucoup de finesse, dresse le portrait d’une femme moderne avant l’heure, d’une femme enfin libre. Eliza, devenue Violet, déambule dans les rues de Paris, s’imprègne de l’atmosphère brumeuse et mythique de ses bâtisses en pierre blonde, si différentes du verre et de l’acier de sa Chicago natale. Nous sommes au milieu du …

Lire la suite de La femme révélée, Gaëlle Nohant

Nos rendez-vous, Eliette Abecassis

Éliette Abécassis écrit sur l’amour d’une vie, sur les rendez-vous et surtout sur les rendez-vous manqués. Vincent et Amélie se rencontrent alors qu’ils étudient à la Sorbonne, l’un l’économie, l’autre les lettres. Ils passeront désormais leur vie à se croiser pour mieux s’éloigner, à s’effleurer pour mieux se détourner. À intervalles plus ou moins réguliers, …

Lire la suite de Nos rendez-vous, Eliette Abecassis

Une romance pas trop romantique (Je ne suis pas une héroïne, Nicolas Fargues)

Nicolas Fargues renoue avec ses héros anti-héroïques, mais parvient cette fois à nous émouvoir. Contrairement au Romain d'Au pays du ptit, Géralde, sa répartie, sa carapace, son sens artistique, ses rêves et ses espoirs sont attachants. Ce récit est fait à la première personne, ce qui rend le lecteur complice des aventures de son héroïne …

Lire la suite de Une romance pas trop romantique (Je ne suis pas une héroïne, Nicolas Fargues)

« Avada Kedavra » (Sœur, Abel Quentin)

Le style est un peu ampoulé, les phrases sont longues et le vocabulaire, recherché. Les personnages sont quelque peu stéréotypés, mais l’histoire pourrait être celle de n’importe quelle famille, de n’importe quelle fille. Une gamine mal dans sa peau, mal vue au collège, pas populaire pour deux sous, seule avec les personnages de Harry Potter …

Lire la suite de « Avada Kedavra » (Sœur, Abel Quentin)

Un homme banal pas banal (L’angle mort, Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic)

Voilà un film quelque peu poétique mais aussi assez perturbant, et je ne pense pas être la seule qu’il laissera perplexe, sur sa faim. Dominick (Jean-Christophe Folly) a un don (ou est-ce une malédiction ?), il peut devenir invisible à l’envi. À l’envi ? Plus vraiment. Son pouvoir, à l’image du Paris dans lequel il vit, se …

Lire la suite de Un homme banal pas banal (L’angle mort, Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic)

Esprit es-tu là (Le bal des folles, Victoria Mas)

Forcément, en parcourant la quatrième de couverture de ce roman, on pense à La salle de bal d’Anna Hope, mais pourtant ces deux livres n’ont pas grand-chose à voir. Certes, les deux se passent dans un asile et évoquent un bal mettant en scène les aliénés, mais ce sont là les seules similitudes. Victoria Mas …

Lire la suite de Esprit es-tu là (Le bal des folles, Victoria Mas)

Deux moi pour un nous (Deux moi, Cédric Klapisch)

Le postulat de départ est pour le moins original : s’intéresser aux deux moitiés d’un « nous » alors qu’ils sont encore chacun un « soi » et ne se connaissent pas encore. Rémy et Mélanie vivent à Paris – pas vraiment dans la capitale poétique et bohème qui attire tant, non, plutôt dans les confins de la métropole, face …

Lire la suite de Deux moi pour un nous (Deux moi, Cédric Klapisch)

Foisonnant mais passionnant (Les jungles rouges, Jean-Noël Orengo)

Jean-Noël Orengo, romancier toujours inspiré par le « Karmastan » évoqué par l’un de ses héros (l’Asie du Sud-Est, les pays du karma) puise encore une fois son inspiration dans l’Indochine. Il dresse ici une véritable fresque historique, brassant des décennies d’Histoire, commençant au début des années 1920 pour atterrir en 2016, s’arrêtant en 1950 …

Lire la suite de Foisonnant mais passionnant (Les jungles rouges, Jean-Noël Orengo)

Un scénario qui dérape (La chance de leur vie, Agnès Desarthe)

Les deux premières parties de La chance de leur vie sont savoureuses. Les personnages sont originaux, atypiques, gentiment barrés, à tel point que chacun peut s’identifier un tant soit peu à l’un d’entre eux. Sylvie, Hector et leur fils, Lester, débarquent en Caroline du Nord, aux États-Unis, pour le travail d’Hector. Sylvie est mère au …

Lire la suite de Un scénario qui dérape (La chance de leur vie, Agnès Desarthe)

Un rythme trop nonchalant (Sentinelle de la pluie, Tatiana de Rosnay)

Sentinelle de la pluie n’a, en soi, rien d’extraordinaire. Linden est photographe, et il a posé ses bagages à San Francisco. Sa mère est Américaine et son père Français, et ils vivent en Provence tandis que Tilia, l’aînée de la famille, a élu domicile à Londres. Pour fêter l’anniversaire de mariage de leurs parents, ils …

Lire la suite de Un rythme trop nonchalant (Sentinelle de la pluie, Tatiana de Rosnay)

Aimer et ses limites (L’autre continent, Romain Cogitore)

C’est un film qui parle en délicatesse de la maladie, de l’amour face à elle, de la réaction des proches qui font comme ils peuvent. Maria (Déborah François, très juste, touchante) rencontre Olivier (Paul Hamy, désarmant) à Taïwan, qui coproduit d’ailleurs le film – ce pourquoi les acteurs ont dû beaucoup travailler leurs répliques en …

Lire la suite de Aimer et ses limites (L’autre continent, Romain Cogitore)

Bouillon de culture (Conte de cinéma, jean Lods)

Une perle rare que ce roman, tellement étrange, tellement lunaire… Jean Lods est un habitué de ce sujet : il a écrit une thèse sur le cinéma en 2010, il sait donc de quoi il parle. Son écriture va avec le reste, elle est à la fois belle et biscornue, peu commune. Ses héros semblent tous …

Lire la suite de Bouillon de culture (Conte de cinéma, jean Lods)

Écrire la douleur (Deux sœurs, David Foenkinos)

David Foenkinos a une écriture simple mais percutante, ciselée mais qui va droit au but. Il parvient à dire parfaitement la douleur de la rupture, le flottement qui est alors le nôtre, le basculement, le passage de la vie à un autre-chose. Mathilde ne comprend pas, en tout cas pas au début. Elle aimait Étienne, …

Lire la suite de Écrire la douleur (Deux sœurs, David Foenkinos)

L’art ne vaut rien mais rien ne vaut l’art (Marcher jusqu’au soir, Lydie Salvayre)

Lydie Salvayre parvient à emporter le lecteur avec elle dans le musée, dans le déroulé de ses pensées. Elle arrive même à le faire adhérer à ses théories et à le faire réfléchir sur la légitimité des musées, sur la logique illogique d’enfermer des œuvres d’art loin de là où elles ont été pensées, loin …

Lire la suite de L’art ne vaut rien mais rien ne vaut l’art (Marcher jusqu’au soir, Lydie Salvayre)

Une fin décevante (La lutte des classes, Michel Leclerc)

On prend Leila Bekhti que l’on transforme en avocate qui a réussi à sortir de sa banlieue, Edouard Baer que l’on habille en rockeur militant, on les met ensemble dans une maison à Bagnolet avec deux enfants, on mélange… et on obtient La lutte des classes. Sofia et Paul ont emménagé là quelques années auparavant, à …

Lire la suite de Une fin décevante (La lutte des classes, Michel Leclerc)

Une comédie française comme on les aime (Le mystère Henri Pick, Rémi Bezançon)

Rien d’original dans la construction, ou dans la manière de filmer mais une comédie bien sympathique. Fabrice Luchini est fidèle à lui-même, à la limite entre le jeu juste et le surjeu mais il est tellement bon dans cette performance de funambulisme qu’on ne peut qu’adhérer. Camille Cottin ménage ses ardeurs en fille du supposé …

Lire la suite de Une comédie française comme on les aime (Le mystère Henri Pick, Rémi Bezançon)

Une nuit de magie (Millésime 54, Antoine Laurain)

Écriture fluide, personnages attachants, destins qui se mêlent pour devenir indissociables… la patte d’Antoine Laurain. Se reconnaît bien là cet auteur qui a fait des études de cinéma avant de se lancer dans l'écriture : ses livres sont imagés, et se discernent les tics d'un passionné du septième art derrière le scénario et le montage …

Lire la suite de Une nuit de magie (Millésime 54, Antoine Laurain)