Hair Love, Matthew A. Cherry

Court-métrage plein de finesse et d’émotion, Hair Love raconte les péripéties d’une fillette afro-américaine qui veut se coiffer avant de sortir de chez elle… et elle a bien du mal ! Les dessins sont colorés, vifs, le trait est léger et donne aux personnages un côté mutin pas incompatible avec cette histoire touchante. Zoe a alternativement …

Lire la suite de Hair Love, Matthew A. Cherry

Scandale, Jay Roach

Au départ, il s’agit de trois femmes, trois blondes, plutôt jolies, plutôt bien faites, qui travaillent à Fox News. Deux sont présentatrices – l’une sur le déclin, l’autre à l’apogée de sa carrière, tandis que la troisième se contente de rêver de ce poste. À la tête de la chaîne, Roger Ailes (John Lithgow), un …

Lire la suite de Scandale, Jay Roach

Banlieue à fleur de peau (Les misérables, Ladj Ly)

C’est l’histoire d’une guerre. D’une guerre à demi-mot puis d’une guerre ouverte. D’une guerre entre trois flics de la BAC et les jeunes d’une cité. Les arbitres ? « Le maire » de la banlieue, un gros bonnet local de la drogue et les frères musulmans. L’étincelle ? Il n’y en a à la fois qu’une et des tas. …

Lire la suite de Banlieue à fleur de peau (Les misérables, Ladj Ly)

Rire, une malédiction (Joker, Todd Philips)

Arthur Fleck vit avec sa mère, Penny, dans les quartiers lugubres de Gotham City, ville sinistre s’il en est. Il est clown à ses heures perdues, et surtout, il souffre d’une maladie mentale lui provoquant des fous rires qu’il ne peut contrôler – même aux moments les plus inopportuns. Todd Phillips filme la descente aux …

Lire la suite de Rire, une malédiction (Joker, Todd Philips)

Les coulisses de Tinseltown (Once Upon a Time… in Hollywood, Quentin Tarantino)

Pour découvrir Tarantino, opter pour Once Upon a Time... in Hollywood n'est peut être pas judicieux. La violence tarde à faire son apparition et la réalisation peine à trouver son rythme. Tarantino recrée les rues de la Los Angeles d’août 1969, nous emporte dans l’intimité de Rick Dalton (Leonardo DiCaprio) et de Cliff Booth, son …

Lire la suite de Les coulisses de Tinseltown (Once Upon a Time… in Hollywood, Quentin Tarantino)

« Une comédie sans clowns, une tragédie sans méchants » (Parasite, Bong Joon Ho)

La famille de Ki-Taek vit dans un taudis en Corée du Sud, tous sont sans emploi. Il y a la fille, le fils, la mère et le père (Song Kang Ho, éminent acteur coréen). Il s’agit d’une famille plutôt normale, qui lutte pour vivre comme tant de personnes en Corée, comme tant de personnes partout …

Lire la suite de « Une comédie sans clowns, une tragédie sans méchants » (Parasite, Bong Joon Ho)

Deux femmes, une reine (La favorite, Yorgos Lanthimos)

Rien que pour la performance d’une Emma Stone grinçante, boudeuse et manipulatrice, il faut aller voir La favorite. On y découvre des personnages historiques jusque lors peu connus, notamment Lady Sarah, devenue duchesse de Marlborough, ancêtre de Churchill. Elle est campée par Rachel Weisz, combattante à souhait et qui incarne la jalousie et l’opiniâtreté à …

Lire la suite de Deux femmes, une reine (La favorite, Yorgos Lanthimos)

Le Golden Globe du meilleur film (Green Book, Peter Farelly)

Green Book est de toute beauté. Peter Farrelly, que l’on connaît pour diverses comédies réalisées avec son frère, prend ici un tournant à 180° pour offrir un drame fin, drôle et mené d’une main de maître. Tony Vallelonga (alias Tony Lip, Viggo Mortensen), américain blanc de son temps (donc raciste comme il était logique de …

Lire la suite de Le Golden Globe du meilleur film (Green Book, Peter Farelly)

Une romance en musique (Lalaland, Damien Chazelle)

Certains qualifieront Lalaland d’un peu niais, d’autres de chef d’œuvre. Sans opter pour l’un ou l’autre de ces deux extrêmes, disons simplement que ce film a marqué l’année 2017. Comme toute comédie musicale qui se respecte, de nombreuses chansons rythment la romance entre Emma Stone et Ryan Gosling : la bande-son mérite le détour et …

Lire la suite de Une romance en musique (Lalaland, Damien Chazelle)