Malcolm & Marie, Sam Levinson

Le noir et blanc choisi par Sam Levinson pare les traits de Zendaya d’ombres et de doute, de douleur et de fébrilité. Malcolm & Marie est avant tout un écrin que le réalisateur de la série Euphoria offre à son actrice fétiche, à sa muse – après tout, c’est elle qui l’a contacté pour lui demander …

Lire la suite de Malcolm & Marie, Sam Levinson

La belle époque, Nicolas Bedos

Victor (Daniel Auteuil) a vieilli. Il est devenu pantouflard, prévisible, misanthrope, mal dans son époque, déprimé et déprimant. Ces termes, ce sont peu ou prou ceux employés par sa femme, Marianne (Fanny Ardant), quand elle le met dehors. L’ami de leur fils, Antoine (Guillaume Canet), entrepreneur, vient de créer un tout nouveau concept : Les voyageurs …

Lire la suite de La belle époque, Nicolas Bedos

Une maison parmi les arbres, Julia Glass

Aussi foisonnant de couleurs qu’un dessin d’enfant – ou que l’illustration d’un album, Une maison parmi les arbres offre une plongée spectaculaire, à la fois douce et brusque, dans le monde intellectuel américain. Morty vient de mourir. Ce célèbre auteur de livres jeunesse vivait dans une maison parmi les arbres, dans le Connecticut, à une …

Lire la suite de Une maison parmi les arbres, Julia Glass

Le rouge n’est plus une couleur, Rosie Price

Le rouge n'est plus une couleur commence comme une bluette adolescente, ou comme un Bildungsroman ayant les dortoirs de la fac pour toile de fond. Une amitié, un lien fusionnel entre un garçon et une fille, voilà le point de départ du livre de Rosie Price. Kate a été élevée par sa mère, ancienne alcoolique …

Lire la suite de Le rouge n’est plus une couleur, Rosie Price

Ciné : coups de cœur 2019

Petite sélection pour les ciné addicts qui ont laissé passer 2019 sans profiter des pépites sorties sur grand écran 😉 Matthias et Maxime Une histoire d’amour qui arrive par hasard, sans prévenir, sans arranger aucun des deux protagonistes… De la finesse, beaucoup de pudeur, et un malaise presque palpable, voilà ce qui caractérise ce film. …

Lire la suite de Ciné : coups de cœur 2019

Un confondant jeu de dupes (Mensonge, JP Delaney)

Un thriller psychologique addictif aux accents glauques, voilà ce que livre JP Delaney ici. Certains adeptes de cet auteur verront peut-être quelques ressemblances avec son premier roman et c’est normal : il explique avoir choisi de complètement le retravailler et de profiter du succès de La fille d’avant pour donner une nouvelle vie à cette …

Lire la suite de Un confondant jeu de dupes (Mensonge, JP Delaney)

Légèreté et folie douce (Je promets d’être sage, Ronan Le Page)

Cette comédie française est la promesse d'un bon moment. Fraîche, originale et gentiment barrée, elle relate l’histoire de Franck (Pio Marmai), dramaturge déchu qui se retrouve gardien de musée à Dijon. Le long-métrage s’ouvre sur une pièce mise en scène par Franck, catastrophique et à la limite du cauchemardesque – le tout est d’ailleurs un …

Lire la suite de Légèreté et folie douce (Je promets d’être sage, Ronan Le Page)

Bouillon de culture (Conte de cinéma, jean Lods)

Une perle rare que ce roman, tellement étrange, tellement lunaire… Jean Lods est un habitué de ce sujet : il a écrit une thèse sur le cinéma en 2010, il sait donc de quoi il parle. Son écriture va avec le reste, elle est à la fois belle et biscornue, peu commune. Ses héros semblent tous …

Lire la suite de Bouillon de culture (Conte de cinéma, jean Lods)

Un film étriqué (Sibyl, Justine Triet)

Sybil ou un film violent, grotesque par moments. Sibyl (Virginie Efira, impressionnante), psychanalyste, décide de revenir à ses premiers amours et de se remettre à l’écriture, quittant pour ce faire nombre de ses patients. Lorsque Margot (Adèle Exarchopoulos, parfaite dans ce rôle) l’appelle, en larmes, affolée et éplorée, elle ne peut faire autrement que de la …

Lire la suite de Un film étriqué (Sibyl, Justine Triet)

Désir, douleur et gloire (Douleur et gloire, Pedro Almodóvar)

Douleur et gloire signe le retour de Pedro Almodóvar à Cannes, après la sélection de son long-métrage précédent, Julieta (2016). Le réalisateur crée ici une quasi-reproduction de sa vie. Il faut tout de même noter que des événements ont été ajoutés, d'autres passés sous silence. Il a toujours nié, par exemple, tout sorte d'addiction à …

Lire la suite de Désir, douleur et gloire (Douleur et gloire, Pedro Almodóvar)

Un travail d’orfèvre (Le vent de la liberté, Michael Bully Herbig)

Le vent de la liberté est tiré d’une histoire vraie. Nous voilà transportés en RDA dans les années 1980, dans le quotidien de la famille Strelzyk. Deux fils, une mère, un père. L’école pour les enfants, le travail pour les parents, ou autant de lieux où ils sont épiés. Difficile de voir régulièrement leurs amis …

Lire la suite de Un travail d’orfèvre (Le vent de la liberté, Michael Bully Herbig)

Le réalisme magique de Burton (Dumbo, Tim Burton)

Ce en quoi Tim Burton excelle, encore une fois, c’est en la création d’un univers et d’une atmosphère fantastique, hors du temps et de l’espace réel tout en y étant rattachés. Après Alice et cette magie imprégnant chaque parcelle du pays des merveilles, nous sommes là transportés aux États-Unis dans les années 1920, entre les …

Lire la suite de Le réalisme magique de Burton (Dumbo, Tim Burton)

Tout n’est pas rose à Hollywood (Ma vie avec John F. Donovan, Xavier Dolan)

Un bijou de réalisation que ce dernier Dolan. On retrouve sa patte inimitable, ces très gros plans, cette manière de filmer en transparence, en gênant l’objectif par de poétiques éléments (des feuilles par exemple). La célébrité est le thème phare de ce film, mais il est aussi question de secrets, de douleur, d'amour et, comme …

Lire la suite de Tout n’est pas rose à Hollywood (Ma vie avec John F. Donovan, Xavier Dolan)

Un film marquant par son militantisme et son humour (BlacKkKlansman, Spike Lee)

Mon premier Spike Lee. Agréablement surprise ! Le film mêle à la perfection action, humour, suspense, engagement et amour. Et méchants aussi, mais méchants réalistes, pas le type de méchants que l’on voit habituellement dans les superproductions américaines. Non, cette fois, les méchants, ce sont les membres du Ku Klux Klan. Et croyez-moi, ils font peur. …

Lire la suite de Un film marquant par son militantisme et son humour (BlacKkKlansman, Spike Lee)

Un film attendu mais décevant (Mon ket, François Damiens)

Dans Mon ket, François l’Embrouille et son look de beauf inimitable reviennent. Cette fois, le personnage s’est échappé de prison pour voir son Sully, son ket, son fils. Le film a du mal à décoller, il bat de l’aile, et le spectateur attend inlassablement que l’histoire prenne. Sauf qu’elle ne prendra pas. La réalisation repose …

Lire la suite de Un film attendu mais décevant (Mon ket, François Damiens)

Oh f**k ! (Alberto Giacometti : the final portrait, Stanley Tucci)

C’est un film qui n’est pas à la hauteur du génie de son héros. Le jeu des acteurs est excellent – surtout celui de Geoffrey Rush, malgré son accent anglais lorsqu’il parle français alors qu’il joue un italien. L’hommage à Giacometti est tangible : les couleurs et les lumières du film déclinent une kyrielle de tons …

Lire la suite de Oh f**k ! (Alberto Giacometti : the final portrait, Stanley Tucci)

Un chef d’œuvre bouleversant (La mauvaise réputation, Iram Haq)

Le spectateur ne sort pas indemne de ce film, vraiment pas. C’est l’histoire d’une fille norvégienne d’origine pakistanaise, qui essaie juste de faire comme les autres, comme ceux de son âge, et contre qui le sort s’acharne. « Et la réputation alors ? » s’indignent ses parents après avoir tabassé un pauvre garçon avec qui elle n’avait même …

Lire la suite de Un chef d’œuvre bouleversant (La mauvaise réputation, Iram Haq)

Chronique new-yorkaise sur la simplicité de la vie (Manhattan Stories, Dustin Guy Defa)

C'est l'histoire simple de vies ordinaires. C'est l'histoire de trois new-yorkais, qui vivent à Manhattan et qui passent leur journée à se croiser et à s'éloigner dans ce quartier où il est loin de ne rien se passer. Une chroniqueuse stagiaire paumée, un collectionneur passionné et un peu barré, une ado perturbée et peut-être bien …

Lire la suite de Chronique new-yorkaise sur la simplicité de la vie (Manhattan Stories, Dustin Guy Defa)

Heureux sont les fêlés (Tiens ferme ta couronne, Yannick Haenel)

Tiens ferme ta couronne est un livre dément, oscillant entre biographie, roman inspiré de la réalité et fiction joliment fêlée. La plume de Yannick Haenel est une merveille de délicatesse métaphorique et d’images plus folles les unes que les autres. Cette œuvre gravite autour d'un maître mot : vérité. Qu’elle prenne la forme d’un daim blanc …

Lire la suite de Heureux sont les fêlés (Tiens ferme ta couronne, Yannick Haenel)