Catégories
Critiques littéraires

Romans : les coups de cœur 2019

Quelques petits soixante-dix romans sont passés entre mes mains cette année, alors voici un dixième d’entre eux, la crème de la crème ! 😉 La tentation Luc Lang joue avec le temps, avec les mots et les sons qu’il transforme de ses mains de magicien. Son héros, François, est un chasseur un peu désabusé, père […]

Catégories
Critiques littéraires Littérature étrangère

Polar biculturel macabre (La mort scarabée, Lisa See)

Une nouvelle fois, Lisa See renoue avec ses origines chinoises et livre un polar haletant qu’il est bien difficile de reposer. Elle vit aujourd’hui à Los-Angeles, là où son arrière-grand-père a échoué après avoir quitté son village de la campagne chinoise. David Stark travaille au bureau de l’attorney général, en Californie, tandis que Liu Hulan […]

Catégories
Critiques littéraires Littérature étrangère

L’Amérique actuelle d’il y a dix ans (Phénomènes naturels, Jonathan Franzen)

Un presque coup de cœur. Un roman dense, complexe, construit et intelligent, mais surtout visionnaire. Jonathan Franzen écrit Phénomènes naturels en 1992 et semble dresser un portrait quasi satirique de l’Amérique actuelle et de sa société, ravagée par les entreprises chimiques, envahie de militants anti-avortement, pourrie par l’argent et par l’attrait du pouvoir. L’auteur écrit […]

Catégories
Critiques littéraires Littérature française

Hommage à la langue de Molière (1144 livres, Jean Berthier)

Ce livre m’a laissée partagée. L’écriture témoigne d’une très grande maîtrise de la langue – peut-être même est-elle légèrement trop ampoulée mais le style va bien avec l’histoire et avec le personnage. Toujours est-il que ces longues phrases aux tournures semblant parfois saugrenues apportent pas mal de poésie au roman. Oui mais voilà, est-ce réellement […]

Catégories
Critiques littéraires Littérature étrangère

Un polar politique complexe (Double fond, Elsa Osorio)

Au départ, on se dit « oh là, je ne vais pas le finir, ce bouquin » et en fait… Je ne vais pas le nier, le début est ardu. Très ardu, même. Entre les noms alambiqués des institutions du passé argentin, les noms de guerre, de codes, les vrais noms, les noms d’emprunts, et l’écriture très […]