Vis à vis, Peter Swanson

Ce polar détonne dans le catalogue Gallmeister. Pas qu’il n’ait aucun intérêt, mais les œuvres de la collection Americana tendent à plonger le lecteur dans une Amérique rurale, dans ses étendues peu peuplées où les hommes se retrouvent peu ou prou seuls face à eux-mêmes. Ici, c’est au contraire en ville, dans une banlieue de …

Lire la suite de Vis à vis, Peter Swanson

Les inconsolés, Minh Tran Huy

Entre souffrance et poésie, entre passion et conte de fée, les mots de Minh Tran Huy nous touchent en plein cœur, flèches de Cupidon qui ne manquent jamais leur cible. Lise et Louis, Louis et Lise, deux prénoms aux sonorités qui se mêlent, se répondent et s’appellent, comme leurs corps et leur amour. Leur histoire …

Lire la suite de Les inconsolés, Minh Tran Huy

L’histoire d’un désamour (Marriage Story, Noah Baumbach)

Des acteurs tour à tour tendres, bouleversés, exaspérés et hystériques. Une famille se sépare, un couple se déchire, avec pour principaux témoins leur avocat respectif et la famille de Nicole (Scarlett Johansson). Et le fils bien sûr, Henry. Le gamin est insupportable, gâté à l’excès et paraissant prêt à tout pour contrarier ses parents – …

Lire la suite de L’histoire d’un désamour (Marriage Story, Noah Baumbach)

Un délice doux-amer (Orange amère, Ann Patchett)

Orange amère est l’un de ces rares romans que l’on n’a pas envie de refermer, où l’on n’a pas envie de quitter les personnages. Ce fut difficile de s’attacher à eux, de bien cerner les liens familiaux (surtout de les retenir) qui les relient. Mais une fois que la généalogie, que la toile s’est bien …

Lire la suite de Un délice doux-amer (Orange amère, Ann Patchett)

Une romance pas trop romantique (Je ne suis pas une héroïne, Nicolas Fargues)

Nicolas Fargues renoue avec ses héros anti-héroïques, mais parvient cette fois à nous émouvoir. Contrairement au Romain d'Au pays du ptit, Géralde, sa répartie, sa carapace, son sens artistique, ses rêves et ses espoirs sont attachants. Ce récit est fait à la première personne, ce qui rend le lecteur complice des aventures de son héroïne …

Lire la suite de Une romance pas trop romantique (Je ne suis pas une héroïne, Nicolas Fargues)

Choc familial (Les petites filles du soleil, Anne Tyler)

Une nouvelle fois, Anne Tyler écrit au sujet d’une famille, ou plutôt de deux. Cette fois, elle confronte les habitudes, les traditions, les manières d’être et de vivre. Les Dickinson et les Donaldson vivent aux États-Unis, à Baltimore (à l’image des foyers dépeints par l’auteure dans ses autres récits). Ils ne se connaissent pas, jusqu’à …

Lire la suite de Choc familial (Les petites filles du soleil, Anne Tyler)

Disparition et amnésie (Au lac des Bois, Tim O’Brien)

Ce roman est original, bouleversant. Il remet en question l’homme et son innocence, l’homme et son passé, l’homme comme magicien et danger pour lui-même et pour les autres. John Wade vient de perdre la primaire de son parti et il se retrouve avec sa femme dans un cottage près de la frontière canadienne pour tenter …

Lire la suite de Disparition et amnésie (Au lac des Bois, Tim O’Brien)

Clash des classes (La saison des feux, Celeste Ng)

Céleste Ng met en scène deux familles, deux modes de vie opposés, deux perceptions des choses. Si Mia est mère célibataire, artiste, et a élevé Pearl seule et sans jamais se poser plus de six mois au même endroit, Elena est mariée et vit depuis toujours à Shaker Heights d’où elle est partie juste le …

Lire la suite de Clash des classes (La saison des feux, Celeste Ng)

Deux moi pour un nous (Deux moi, Cédric Klapisch)

Le postulat de départ est pour le moins original : s’intéresser aux deux moitiés d’un « nous » alors qu’ils sont encore chacun un « soi » et ne se connaissent pas encore. Rémy et Mélanie vivent à Paris – pas vraiment dans la capitale poétique et bohème qui attire tant, non, plutôt dans les confins de la métropole, face …

Lire la suite de Deux moi pour un nous (Deux moi, Cédric Klapisch)

L’homme, un animal civilisé (Les choses humaines, Karine Tuil)

Karine Tuil aime décidément s’attaquer aux maux de notre monde contemporain. Après L’insouciance paru en 2016 qui évoquait le racisme, et L’invention de nos vies dans lequel elle s’intéressait à l’identité et à la judéité – comme ici – c’est cette fois au tour du viol de passer entre les mains de l’auteure. À nouveau, …

Lire la suite de L’homme, un animal civilisé (Les choses humaines, Karine Tuil)

Lunaire et mélancolique (Un jour de pluie à New-York, Woody Allen)

Entre poésie, langueur et mélancolie, ce nouveau film de Woody Allen est un vibrant hymne à La Grosse Pomme et surtout à Manhattan. Gatsby (Timothée Chalamet) et sa petite amie, Ashleigh (Elle Fanning) se rendent à New-York pour que cette dernière puisse interviewer Rollie Pollard, éminente figure du cinéma intellectuel américain. Seulement voilà, les choses …

Lire la suite de Lunaire et mélancolique (Un jour de pluie à New-York, Woody Allen)

La marque indélébile d’un amour de jeunesse (Les miroirs de Suzanne, Sophie Lemp)

Les miroirs de Suzanne raconte l’histoire d’une mère de famille, auteure sous contrat pour diverses maisons d’édition, qui désespère de ne pas retrouver ses carnets après un cambriolage. Les vandales ont pris le coffre où étaient rangés les cinq volets de son journal intime, celui de son adolescence, le récit de ses amours, de ses …

Lire la suite de La marque indélébile d’un amour de jeunesse (Les miroirs de Suzanne, Sophie Lemp)

Une famille passée au crible (Les Altruistes, Andrew Ridker)

Arthur et Francine ont deux enfants, Maggie et Ethan, et tous les quatre vivent aux États-Unis, à St Louis. Arthur est un universitaire non-titulaire, ancien ingénieur, et Francine est psy. Le livre commence alors que les deux enfants sont des adolescents puis nous voilà transportés dans le futur, dans la vie d’une Maggie de vingt …

Lire la suite de Une famille passée au crible (Les Altruistes, Andrew Ridker)

La ronde des sentiments à l’asile (La salle de bal, Anna Hope)

S'éloignant de son Chagrin des vivants qui se déroulait dans le Londres d'après la Premiere Guerre Mondiale, Anna Hope situe cette fois son roman au début du XXème, dans le Yorkshire et non plus dans la capitale. Là encore, le récit est bâti sur le destin de trois personnages chacun leur tour au cœur d'un …

Lire la suite de La ronde des sentiments à l’asile (La salle de bal, Anna Hope)

Un twist final génial (Opération Sweet Tooth, Ian McEwan)

Ian McEwan (dont l’œuvre est à l'origine des adaptations cinématographiques My Lady et Sur la plage de Chesil) signe ici un roman d’une grande subtilité. Le style n’est pas renversant mais l’histoire a vraiment quelque chose, et la fin nous cueille d’une façon qui ne peut que nous séduire et nous souffler. La psychologie des …

Lire la suite de Un twist final génial (Opération Sweet Tooth, Ian McEwan)

La passion et la douleur (Douce, Sylvia Rozelier)

Sylvia Rozelier nous offre un roman sur la passion, qui fait forcément penser à Ça raconte Sarah de Pauline Delabroy Allard. Ici, la narratrice s’adresse à celui qu’elle imagine la lire, celui qui lui a fait découvrir le vrai amour mais aussi celui qui l’a détruite à petit feu. C’est dur d’aimer, surtout d’aimer quelqu’un …

Lire la suite de La passion et la douleur (Douce, Sylvia Rozelier)

Une réécriture décevante (Vinegar Girl, Anne Tyler)

Après une lecture (rapide et non-exhaustive, j’en ai peur) du résumé de La Mégère apprivoisée, pièce à laquelle ce roman est censé faire écho, je dois avouer que je vois Vinegar Girl (ou Fille vinaigre, littéralement) d’un autre œil – sans être totalement convaincue pour autant. Kate (inspirée de la Catharina de Shakespeare), passionnée de …

Lire la suite de Une réécriture décevante (Vinegar Girl, Anne Tyler)

Un rythme trop nonchalant (Sentinelle de la pluie, Tatiana de Rosnay)

Sentinelle de la pluie n’a, en soi, rien d’extraordinaire. Linden est photographe, et il a posé ses bagages à San Francisco. Sa mère est Américaine et son père Français, et ils vivent en Provence tandis que Tilia, l’aînée de la famille, a élu domicile à Londres. Pour fêter l’anniversaire de mariage de leurs parents, ils …

Lire la suite de Un rythme trop nonchalant (Sentinelle de la pluie, Tatiana de Rosnay)

Une comédie farce (Beaux-parents, Hector Cabéllo Reyes)

Beaux-parents est une comédie française, certes caricaturale lors de plusieurs scènes, mais qui fait passer un bon moment malgré tout. Elle est source de rire, d'énervement, mais ne laisse pas vraiment indifférent : Garance (Charlie Bruneau, la fameuse Roxane de la série En famille) va-t-elle revenir à la raison et réaliser que son cher et …

Lire la suite de Une comédie farce (Beaux-parents, Hector Cabéllo Reyes)

L’Amérique actuelle d’il y a dix ans (Phénomènes naturels, Jonathan Franzen)

Un presque coup de cœur. Un roman dense, complexe, construit et intelligent, mais surtout visionnaire. Jonathan Franzen écrit Phénomènes naturels en 1992 et semble dresser un portrait quasi satirique de l’Amérique actuelle et de sa société, ravagée par les entreprises chimiques, envahie de militants anti-avortement, pourrie par l’argent et par l’attrait du pouvoir. L’auteur écrit …

Lire la suite de L’Amérique actuelle d’il y a dix ans (Phénomènes naturels, Jonathan Franzen)

Aimer et ses limites (L’autre continent, Romain Cogitore)

C’est un film qui parle en délicatesse de la maladie, de l’amour face à elle, de la réaction des proches qui font comme ils peuvent. Maria (Déborah François, très juste, touchante) rencontre Olivier (Paul Hamy, désarmant) à Taïwan, qui coproduit d’ailleurs le film – ce pourquoi les acteurs ont dû beaucoup travailler leurs répliques en …

Lire la suite de Aimer et ses limites (L’autre continent, Romain Cogitore)

Écrire la douleur (Deux sœurs, David Foenkinos)

David Foenkinos a une écriture simple mais percutante, ciselée mais qui va droit au but. Il parvient à dire parfaitement la douleur de la rupture, le flottement qui est alors le nôtre, le basculement, le passage de la vie à un autre-chose. Mathilde ne comprend pas, en tout cas pas au début. Elle aimait Étienne, …

Lire la suite de Écrire la douleur (Deux sœurs, David Foenkinos)

Destins croisés (Amours, Léonor de Récondo)

L’écriture est belle, les mots sont profonds, soigneusement choisis et cela se sent. Malgré tout, la réputation d'Amours fait attendre davantage de ce livre. Il manque un quelque chose qui fasse réellement aimer ce roman. Peut-être est-ce la faute des personnages qui ne sont pas attachants, même si Léonor de Récondo s’appesantit sur leur psychologie, …

Lire la suite de Destins croisés (Amours, Léonor de Récondo)

Finesse, psychologie et mystère (Un peu, beaucoup, à la folie, Liane Moriarty)

Ce roman est une réussite. La psychologie des personnages est très travaillée, chacun peut aisément s’identifier tantôt à l’un, tantôt à l’autre, d’autant plus que la narration leur donne la part belle alternativement. Leurs pensées, leurs préoccupations et leurs obsessions gravitent toutes plus ou moins autour du même événement : ce qui s’est passé « le jour …

Lire la suite de Finesse, psychologie et mystère (Un peu, beaucoup, à la folie, Liane Moriarty)

Un film étriqué (Sibyl, Justine Triet)

Sybil ou un film violent, grotesque par moments. Sibyl (Virginie Efira, impressionnante), psychanalyste, décide de revenir à ses premiers amours et de se remettre à l’écriture, quittant pour ce faire nombre de ses patients. Lorsque Margot (Adèle Exarchopoulos, parfaite dans ce rôle) l’appelle, en larmes, affolée et éplorée, elle ne peut faire autrement que de la …

Lire la suite de Un film étriqué (Sibyl, Justine Triet)

L’amour à cinquante ans (Retour de flamme, Juan Vera)

Si les romans d’Anne Tyler (plus particulièrement Un mariage amateur) devaient être transposés en films, alors ils ressembleraient à Retour de flamme. Un couple s’aime, mais le sentiment amoureux n’est plus là – ce qui semble somme toute logique après vingt ans de vie commune… Alors une fois leur fils Luciano parti, Marco et Ana …

Lire la suite de L’amour à cinquante ans (Retour de flamme, Juan Vera)

L’amour, les remords et les regrets (Les variations sentimentales, André Aciman)

Après Appelle-moi par ton nom, André Aciman signe un nouveau roman sur l’amour, le désir et les sentiments. Paul, jeune homme assez indécis quant à son orientation sexuelle, tombe amoureux souvent, beaucoup, passionnément et chacune des parties de cette œuvre porte le nom d’un de ses soupirants. Il écrit tantôt en s’adressant à l’objet de …

Lire la suite de L’amour, les remords et les regrets (Les variations sentimentales, André Aciman)

Une romance historique (Cœurs ennemis, James Kent)

Une belle romance sur fond historique que Cœurs ennemis. L’époque post-seconde guerre mondiale est bien exploitée et voir ce film est aussi l'occasion d'apprendre quelques détails sur cette période. Au départ, Cœurs ennemis était un roman (Dans la maison de l’autre) même si, en premier lieu, Rhidian Brook pensait réaliser un film davantage qu’un livre : les …

Lire la suite de Une romance historique (Cœurs ennemis, James Kent)

Des retrouvailles attendues (Nous finirons ensemble, Guillaume Canet)

Max (François Cluzet) va fêter ses soixante ans, il est déprimé, tendu, et même sa jeune et belle nouvelle compagne (Clémentine Baert) ne parvient pas à le faire sourire. Alors quand ses anciens amis débarquent dans la maison de vacances qui les a vus passer le fameux été où se déroule Les petits mouchoirs, c’est la …

Lire la suite de Des retrouvailles attendues (Nous finirons ensemble, Guillaume Canet)

Tout n’est pas rose à Hollywood (Ma vie avec John F. Donovan, Xavier Dolan)

Un bijou de réalisation que ce dernier Dolan. On retrouve sa patte inimitable, ces très gros plans, cette manière de filmer en transparence, en gênant l’objectif par de poétiques éléments (des feuilles par exemple). La célébrité est le thème phare de ce film, mais il est aussi question de secrets, de douleur, d'amour et, comme …

Lire la suite de Tout n’est pas rose à Hollywood (Ma vie avec John F. Donovan, Xavier Dolan)

Un gros raté (Nicky Larson et le parfum de Cupidon, Philippe Lacheau)

Philippe Lacheau (le réalisateur et interprète de Nicky, le héros) a eu du mal à acheter les droits de Nicky Larson, eh bien peut-être qu’il y avait une bonne raison à cela, que le destin lui transmettait un message subliminal… Je suis passée complétement à côté. L’humour est lourd et poussif, graveleux et souvent vulgaire. Les …

Lire la suite de Un gros raté (Nicky Larson et le parfum de Cupidon, Philippe Lacheau)

Et si on partait et on quittait tout, du jour au lendemain ? (Une autre femme, Anne Tyler)

Encore un roman d’Anne Tyler. Oui, je sais. J’adore cette auteure. Sa manière inimitable d’écrire et de décrire les petites choses du quotidien, les lassitudes amoureuses, la vie de famille et ses désagréments. Delia vit avec Sam Grinstead depuis son plus jeune âge. Il a repris le cabinet de son père, et l’a épousée elle, …

Lire la suite de Et si on partait et on quittait tout, du jour au lendemain ? (Une autre femme, Anne Tyler)

Un amour impossible, Catherine Corsini

Après le roman autobiographique éponyme de Christine Angot, nous voici face à son adaptation cinématographique. Ici, plus de Pierre mais un Philippe, plus de Christine mais une Chantal et seule la mère, Rachel, a conservé son vrai prénom. Si l’histoire reste identique et colle parfaitement aux confidences de l’auteure, celle-ci a été, selon la réalisatrice …

Lire la suite de Un amour impossible, Catherine Corsini

La grâce (Ça raconte Sarah, Pauline Delabroy-Allard)

Ça raconte Sarah, je l’ai lu dans le bus. Je l’ai dévoré. Je l’ai adoré. Pour pouvoir lire un roman dans les transports en commun sans en lever la tête, il doit vraiment avoir quelque chose, il doit être vraiment vraiment bon. Ça raconte Sarah, comme le dit le titre. Sur fond de Schubert, les …

Lire la suite de La grâce (Ça raconte Sarah, Pauline Delabroy-Allard)

Le temps d’une éclipse, tout peut exploser (Le jeu, Fred Cavayé)

Le postulat de départ est plutôt simple, un couple (Marie incarnée par Bérénice Bejo, et Vincent joué par Stéphane De Groodt) qui reçoit ses amis à dîner le soir d’une éclipse de lune : Charotte (Suzanne Clément) et Marco (Roschdy Zem), Léa (Doria Tillier) et Thomas (Vincent Elbaz), et enfin Ben (Grégory Gadebois) qui doit leur …

Lire la suite de Le temps d’une éclipse, tout peut exploser (Le jeu, Fred Cavayé)

Amies ? (Rafiki, Wanuri Kahiu)

Quel beau film, quelle dureté, quelle chance on a d’être en France, libres. Au départ, on pense que Rafiki va être un peu lent, un peu long. Malgré tout, la magnifique manière de filmer de Wanuri Kahiu nous conquiert assez rapidement. Beaucoup de très gros plans sur les deux actrices, des jeux sur la transparence …

Lire la suite de Amies ? (Rafiki, Wanuri Kahiu)

Un roman du XXIème siècle (Freedom, Jonathan Franzen)

Là encore, l’histoire d’un couple, d’une famille, qui s’aiment, qui se déchirent et se re-aiment. La construction du roman est originale : l’autobiographie, écrite à la troisième personne, de Patty (inventée par Franzen) est encadrée par des passages exprimant la vision de son couple, de sa famille, par le voisinage. Ainsi, l’auteur donne une perception extérieure …

Lire la suite de Un roman du XXIème siècle (Freedom, Jonathan Franzen)

L’amour n’est pas simple (Sur la plage de Chesil, Dominic Cooke)

Sur la plage de Chesil est fait tout en finesse.  Au départ, le spectateur pense qu’il se composera uniquement de la scène de la nuit de noces de Florence et d’Edward, intercalée de moments permettant de retracer leur histoire. La maladresse et la gêne des deux héros sont palpables et font rire, rappellent l'embarras de …

Lire la suite de L’amour n’est pas simple (Sur la plage de Chesil, Dominic Cooke)

Intéressant mais un peu mièvre (Je suis si bien ici sans toi, Courtney Maum)

Une illustration bien sombre pour un livre qui semble si léger, en apparence. Oui, l'Irak, parce que, l’art politique, c’est le truc du héros. De base. Avant de peindre des pièces vues par le trou d’une serrure. Bref. Ce roman, c’est l’histoire d’une erreur. Le narrateur a trompé sa femme, s’en mord les doigts et …

Lire la suite de Intéressant mais un peu mièvre (Je suis si bien ici sans toi, Courtney Maum)

Une famille mal assortie ou un mariage amateur (Un mariage amateur, Anne Tyler)

Comme dans Une bobine de fil bleu, c’est l’histoire d’une famille, ou plutôt d’un couple. Ils se sont rencontrés au début de la deuxième guerre mondiale et se sont mariés dans l’euphorie du retour de Mickael. Pauline est extravagante, fantasque, fofolle, loufoque. Mickael est taciturne, un peu renfermé, adore son épicerie et il ne supporte …

Lire la suite de Une famille mal assortie ou un mariage amateur (Un mariage amateur, Anne Tyler)