Two Weeks to Live, Gaby Hull

Two Weeks to Live ou une série anglaise étonnante entre Killing Eve et The End of the F*** World. Maisie Williams, célèbre pour son rôle d’Arya Stark dans Game of Thrones, interprète ici Kim, jeune femme impulsive mais assez paradoxalement ingénue. Elle sort pour la première fois depuis des années de son isolement forcé et …

Lire la suite de Two Weeks to Live, Gaby Hull

L’amitié est un cadeau à se faire, William Boyle

Trois femmes, trois vies, un destin – parce que L’amitié est un cadeau à se faire. William Boyle raconte le New York des mafieux, de Scorsese et du passé, le Brooklyn des Italiens et le Bronx paisible qui côtoie le Bronx violent. L’auteur se promène dans tout l’état, grâce à ses trois héroïnes. Wolfstein est …

Lire la suite de L’amitié est un cadeau à se faire, William Boyle

Des « zarbis » en costume à plumes (Les incognitos, Nick Bruno et Troy Quane)

Ce dessin-animé a tous les avantages de l’animé sans ses inconvénients. Réaliste jusque dans les moindres détails architecturaux, il n’en garde pas moins l’humour qui colle au genre – et au nom du Studio. En effet, Blue Sky, qui est à l’origine de Rio mais aussi de la saga L’âge de glace, continue à se …

Lire la suite de Des « zarbis » en costume à plumes (Les incognitos, Nick Bruno et Troy Quane)

Un confondant jeu de dupes (Mensonge, JP Delaney)

Un thriller psychologique addictif aux accents glauques, voilà ce que livre JP Delaney ici. Certains adeptes de cet auteur verront peut-être quelques ressemblances avec son premier roman et c’est normal : il explique avoir choisi de complètement le retravailler et de profiter du succès de La fille d’avant pour donner une nouvelle vie à cette …

Lire la suite de Un confondant jeu de dupes (Mensonge, JP Delaney)

Les coulisses de Tinseltown (Once Upon a Time… in Hollywood, Quentin Tarantino)

Pour découvrir Tarantino, opter pour Once Upon a Time... in Hollywood n'est peut être pas judicieux. La violence tarde à faire son apparition et la réalisation peine à trouver son rythme. Tarantino recrée les rues de la Los Angeles d’août 1969, nous emporte dans l’intimité de Rick Dalton (Leonardo DiCaprio) et de Cliff Booth, son …

Lire la suite de Les coulisses de Tinseltown (Once Upon a Time… in Hollywood, Quentin Tarantino)

Un ballet macabre mais réussi (Anna, Luc Besson)

Anna ou un film qui mêle action, espionnage, stratégie et amour… Intéressant, bien mené, il nous emporte tout de suite à la suite d’Anna (Sasha Luss, mannequin russe, bonne actrice qui avait déjà joué sous la direction de Luc Besson dans Valérian), cette jolie espionne, féroce et prête à tout pour gagner sa liberté. Sans …

Lire la suite de Un ballet macabre mais réussi (Anna, Luc Besson)

Un gros raté (Nicky Larson et le parfum de Cupidon, Philippe Lacheau)

Philippe Lacheau (le réalisateur et interprète de Nicky, le héros) a eu du mal à acheter les droits de Nicky Larson, eh bien peut-être qu’il y avait une bonne raison à cela, que le destin lui transmettait un message subliminal… Je suis passée complétement à côté. L’humour est lourd et poussif, graveleux et souvent vulgaire. Les …

Lire la suite de Un gros raté (Nicky Larson et le parfum de Cupidon, Philippe Lacheau)

Un film d’action comme on les aime (Les veuves, Steve McQueen)

Ce film est poignant et porte un message fort, un message de féminisme doublé d’une dénonciation des magouilles financières en politique. Deux des quatre héroïnes sont noires, l’une (Viola Davis) étant même mariée à un éminent bandit (Liam Neeson), et la présence de ce couple mixte est également à souligner. Chicago, de nos jours, quatre …

Lire la suite de Un film d’action comme on les aime (Les veuves, Steve McQueen)

Paillettes et paranoïa (Sale temps à l’Hôtel El Royale, Drew Goddard)

Ce film est innovant – peu de dialogues superflus, pas de techniques cinématographiques expérimentales, une bande-son immersive, redonnant vie aux seventies américaines. Cela tient beaucoup à la magnifique performance de Cynthia Erivo (jouant Darlene Sweet) qui, non contente d’avoir une voix sublime, a chanté en live, sur le plateau, lorsque le scénario l’exigeait. Les premières …

Lire la suite de Paillettes et paranoïa (Sale temps à l’Hôtel El Royale, Drew Goddard)

Un petit plaisir d’enfance (Les Indestructibles 2)

Et oui, un bon petit dessin-animé de temps en temps, ça ne fait pas de mal ! Ça fait même du bien. Comme de coutume, un super-méchant dont l’identité – bien qu’on s’en doute – n’est révélée qu’à la fin, des histoires de famille et de l’action. Beaucoup d’action. Les combats sont spectaculaires et paraissent plus …

Lire la suite de Un petit plaisir d’enfance (Les Indestructibles 2)