Constellations, Sinéad Gleeson

En lisant ces éclats de vie, d’aucuns réaliseront que Sinéad Gleeson n’a pas eu une existence aisée. Problèmes osseux, hanche de porcelaine, leucémie, kystes, césariennes – son corps a souffert. Du métal est éclaté partout en elle, à l’image d’étoiles dans le ciel. Alors pour raconter cette enveloppe qu’elle habite, elle mêle souvenirs et sensations, …

Lire la suite de Constellations, Sinéad Gleeson

Miarka, Antoine de Meaux

Parce qu’il faut se souvenir, même si savoir « l’Inquisition, la Saint Barthélémy, la vie dans les tranchées » (p245), savoir les guerres n’a pas empêché la Shoah. Si la France connaît le nom de Simone Veil et, depuis quelques temps déjà, son histoire de rescapée des camps, Denise Jacob, sa sœur, n’a pas marqué les esprits autant …

Lire la suite de Miarka, Antoine de Meaux

Faiseurs d’histoire, Dina Nayeri

Les immigrés, en tentant d’obtenir l’asile, deviennent des faiseurs d’histoires. Ils doivent s’adapter au pays où ils souhaitent être accueillis, tenter de comprendre la culture qu’ils embrasseront tôt ou tard, par choix ou fatalité – s’ils veulent qu’on les prenne au sérieux et qu’on les croie, ils doivent réinventer leurs propres souvenirs, leur propre passé, …

Lire la suite de Faiseurs d’histoire, Dina Nayeri

Courir encore, Olivier Vojetta

Olivier Vojetta semble avoir accouché de Courir encore dans l’urgence, dans la douleur, dans le besoin de s’épancher et de coucher sur papier ce qui ne peut être dit. Courir encore se déploie comme un monologue intérieur, les souvenirs et les réflexions du personnage principal, David, tournant et tourbillonnant dans sa tête. Son fils, Hippo, …

Lire la suite de Courir encore, Olivier Vojetta

Le consentement, Vanessa Springora

Ce n’est pas un livre que l’on lit le cœur léger et la fleur au fusil. Parce qu’avant d’être un roman, c’est une confession. Vanessa Springora, ou V., a rencontré et côtoyé Gabriel Matzneff, G., alors qu’elle avait quatorze ans. Pour cette adolescente presque orpheline de père, cette présence masculine et marquée l’attire irrépressiblement, dès …

Lire la suite de Le consentement, Vanessa Springora

L’art ne vaut rien mais rien ne vaut l’art (Marcher jusqu’au soir, Lydie Salvayre)

Lydie Salvayre parvient à emporter le lecteur avec elle dans le musée, dans le déroulé de ses pensées. Elle arrive même à le faire adhérer à ses théories et à le faire réfléchir sur la légitimité des musées, sur la logique illogique d’enfermer des œuvres d’art loin de là où elles ont été pensées, loin …

Lire la suite de L’art ne vaut rien mais rien ne vaut l’art (Marcher jusqu’au soir, Lydie Salvayre)