Des églises, des dadas et des Harley (Jean-Paul Dubois, Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon)

Ce roman a été lu dans le cadre du Prix du Roman des Étudiants France Culture / Télérama. Chaque année, je me dis que le Goncourt est moins exigeant que l’année précédente. Et c’est plutôt positif – je n’ai jamais réussi à lire plus de cinquante pages de Boussole de Matthias Esnard…Ici, une plume accessible, bien... Lire la Suite →

Canicule à Berlin (La Maison, Emma Becker)

Ce roman a été lu dans le cadre du Prix du Roman des Étudiants France Culture / Télérama 2019. Ce roman est sans doute davantage un essai sociologique qu’une œuvre de fiction. À de nombreuses reprises – quasiment à chaque page en fait, il nous met mal à l’aise et questionne nos certitudes. Emma Becker... Lire la Suite →

Partir et revenir (Par les routes, Sylvain Prudhomme)

Ce roman fait partie de la sélection du prix du Roman des Étudiants France Culture / Télérama 2019, prix pour lequel je suis jurée. L’écriture de Sylvain Prudhomme va droit au but. Pas vraiment de détours, d’embellissement quelconque. Straight to the point. Des phrases courtes, sujet-verbe-complément, et des énumérations. Des faits. C’est un style qui... Lire la Suite →

« Avada Kedavra » (Sœur, Abel Quentin)

Le style est un peu ampoulé, les phrases sont longues et le vocabulaire, recherché. Les personnages sont stéréotypés (un peu), mais l’histoire pourrait être celle de n’importe quelle famille, de n’importe quelle fille. Une gamine mal dans sa peau, mal vue au collège, pas populaire pour deux sous, seule avec les personnages d’Harry Potter qui... Lire la Suite →

Un voyage photographique (La terre invisible, Hubert Mingarelli)

Les phrases de La terre invisible sont très simples (composées généralement d’un sujet, d’un verbe et d’un complément), mais néanmoins poétiques. L’écriture parvient à dire l’indicible de manière implicite et avec beaucoup de finesse, s’attardant davantage sur l’après-guerre en Allemagne que sur les années des camps, n’évoquant que quelques réminiscences du narrateur, tels des flashs... Lire la Suite →

Une uchronie ambitieuse (Civilizations, Laurent Binet)

Ce livre est d’un genre étrange, hybride. Il s’agit en réalité d’une uchronie, et nous sommes donc confrontés à un mélange de faits réels et inventés. Laurent Binet réalise ici une performance. Il réécrit l’Histoire d’une façon assez impressionnante, partant du principe que les peuples d’Amérique Latine que les Occidentaux ont conquis sortent vainqueurs de... Lire la Suite →

La passion et la douleur (Douce, Sylvia Rozelier)

Sylvia Rozelier nous offre un roman sur la passion, qui fait forcément penser à Ça raconte Sarah de Pauline Delabroy Allard. Ici, la narratrice s’adresse à celui qu’elle imagine la lire, celui qui lui a fait découvrir le vrai amour mais aussi celui qui l’a détruite à petit feu. C’est dur d’aimer, surtout d’aimer quelqu’un... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑