10 romans de la rentrée littéraire 2022

Dans 5 jours, déjà, arrivent les premiers livres de cette rentrée littéraire d’automne 2022. Cet été a été l’occasion d’en découvrir certains et, en attendant leur parution, voici quelques lignes au sujet de 10 titres, parmi ceux qui seront critiqués sur le blog dans les semaines à venir.

La fille de l’Ogre, Catherine Bardon

En filigrane de l’existence tristement ennuyeuse, entre mariages malheureux, alcool et joug paternel, de Flor de Oro, fille de l’Ogre des Caraïbes, se déroule l’Histoire du XXème siècle, des années folles à la montée du nazisme, de la seconde Guerre Mondiale à la chute progressive des dictateurs latins. (Les Escales) > critique à lire ici

Ainsi pleurent nos hommes, Dominique Celis

Au Rwanda, les corps se cherchent comme un moyen de vivre après la mort, d’effacer le sang et les larmes. La narratrice écrit ses histoires de cœur à sa sœur, se confie, laissant apparaître les stigmates de son pays – à l’origine et à la fin de tout. (Philippe Rey) > critique à lire ici

Les corps solides, Joseph Incardona

Dans cette satire de la société de consommation, Joseph Incardona crée des personnages attachants, peut-être trop pour permettre à sa critique d’avoir la puissance de son roman précédent, La soustraction des possibles. (Finitude) > critique à lire ici

La nuit des pères, Gaëlle Josse

Dans ce quasi huis-clos écrit avec finesse et authenticité, Gaëlle Josse dresse le portrait d’une famille triste et brisée depuis des années, de vies fracturées par les silences et les épreuves tues. (Noir sur Blanc) > critique à lire ici

Peine des faunes, Annie Lulu

En Tanzanie, les femmes se marient selon les dictats du père et des prétendants – dociles, éprouvant la violence, semblables en cela aux bêtes que les hommes tuent et dévorent. Dans cette fresque familiale, Annie Lulu dresse des parallèles entre féminisme et écologie, parfois osés, souvent trop rapides. (Julliard) > critique à lire ici

L’été où tout a fondu, Tiffany McDaniel

La poésie sans pareille de Tiffany McDaniel est là, déjà, avant Betty, dans ce premier roman retraduit par François Happe qui sait murmurer en français les mots si beaux de l’autrice. C’est le roman de l’enfance trop vite enfuie, de l’innocence douloureusement jolie, encore davantage quand elle est frottée à la souffrance du monde. (Gallmeister) > critique à lire ici

Arpenter la nuit, Leila Mottley

Leila Mottley raconte les soirées de celle qui doit porter son frère, son petit voisin, de celle qui doit payer le loyer et s’oublier pour soutenir son petit monde quitte à quitter son corps et à arpenter la nuit d’Oakland, de banquettes en motels morbides. (Albin Michel / Terres d’Amérique) > critique à lire ici

Tenir sa langue, Polina Panassenko

Entre France et URSS bientôt Russie, Polina Panassenko navigue, d’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre. Elle relate des moments tendres de son enfance avec une morgue touchante et une langue imagée et très créative, liant sa jeunesse entre-deux et son combat pour récupérer son prénom natal, ce « a » final et ce « o » intermédiaire, loin du « au » si français. (L’Olivier) > critique à lire ici

Real Life, Brandon Taylor

En zoomant sur le microscopique, sur l’individuel, Brandon Taylor dit l’universel. Son héros est noir, gay, thésard perdu et malheureux. Ce premier roman est porté par une plume poétiquement tatillonne qui ancre ses personnages dans un décor sensible et détaillé. (La Croisée) > critique à lire ici

Une terrible délicatesse, Jo Browning Wroe

Dans ce premier roman, encore un, Jo Browning Wroe suit un jeune embaumeur anglais, traumatisé par l’éboulement de 1966 du terril d’Aberfan au Pays de Galles. Entre jeunesse d’enfant de chœur et âge adulte trop vite arrivé, il grandit, parfois de travers, parfois à reculons, toujours sensible et attachant. (/es Escales) > critique à lire ici

… Bientôt suivis par d’autres !

16 réflexions sur “10 romans de la rentrée littéraire 2022

  1. Merci Cécile, pour cette belle sélection. Cette année, je me suis modérée dans mes choix, pour ne pas me retrouver trop débordée, mais en voyant cette liste, et le commentaire d’Eve, j’ai très envie de découvrir « Une terrible délicatesse ». Mais restons raisonnables, hein ? 😅 je vais attendre ton avis du coup. 😘

    Aimé par 1 personne

    1. Merci à toi de ce passage. Je pense, comme pour Ève, qu’Une terrible délicatesse te plairait même si ce ne fut pas un coup de cœur pour moi. C’est une belle lecture, sensible, qui permet d’aborder un métier et un épisode de l’histoire du Royaume-Uni peu siuvent au cœur de romans. Mais attends ma critique si tu veux, au moins pour te donner bonne conscience 😘

      Aimé par 1 personne

  2. gros choc en lisant « Real Life »je vais avoir du mal à m’en remettre!!!
    « Une terrible délicatesse » m’attend dans ma liseuse
    je note « L’été où tout a fondu » j’ai tellement aimé « Betty »
    j’ai postulé pour « La fille de l’ogre » on verra 🙂 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oui j’ai aperçu, j’attendais de poster la mienne pour commenter mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi… 😉
      Je pense qu »une terrible délicatesse te plaira beaucoup, et L’été où tout a fondu ne peut que te transporter. Il est magnifique.
      Très déçue par La fille de l’ogre mais chut, attendons un peu (pas trop) pour en dire plus 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s