The Lost Daughter, Maggie Gyllenhaal

Adaptation de Poupée volée, d’Elena Ferrante, The Lost Daughter met en scène une Olivia Colman qui a délaissé les costumes de The Crown et de The Favourite pour se glisser dans la peau de Leda, une mère ayant laissé filer ses filles, s’étant réveillée trop tard, touchée par la fibre maternelle alors que tout était perdu. Seule en vacances en Grèce, cette professeure de littérature comparée, spécialiste de Yeats et de ses traductions, s’alanguit sur la plage lorsqu’une famille américaine s’installe sur le sable, à grands renforts de cris et de pleurs d’enfant. Elena, la petite fille, émeut bien vite Leda qui la regarde de loin, tâche de rester à distance, le regard blessé et mélancolique d’Olivia Colman laissant deviner une fêlure cachée. La mère de la fillette, Nina, interprétée par Dakota Johnson, est jeune, si jeune, et rappelle à Leda sa propre lutte. Bientôt, des flashbacks brouillent le présent, se faufilent dans la narration, filmant au plus près une Leda rajeunie de vingt ans, Jessie Buckley, déjà sidérante de justesse dans Wild Rose. Seule alors que son mari est en déplacement, seule face à ses deux filles et à son travail de chercheuse habitée par ses textes et par la langue, la jeune mère se débat, s’agace de la dépendance de Bianca et de Martha, déchirée entre son devoir et ses aspirations. C’est ce passé, la jeunesse de l’héroïne, qui confère toute sa puissance à cette réalisation – le premier long-métrage de Maggie Gyllenhaal. Sur le présent plane un malaise, une atmosphère lugubre qui pervertit les rayons du soleil. Cette bande américaine, forcément louche, vortex d’influence, d’emprise, reste mystérieuse mais stéréotypée, sans grande profondeur, là simplement pour permettre aux souvenirs de s’insinuer dans le film, miroir d’hier qui lui permet de se déployer grâce à la douleur qui transforme les traits d’Olivia Colman. The Lost Daughter porte à l’attention un sujet d’aujourd’hui, celui d’une maternité en demi-teinte, d’une impossibilité de se donner corps et âme à ses enfants malgré l’amour ressenti pour eux, d’une impossibilité à exister à la fois en tant que femme et en tant que mère. L’angle choisi est d’autant plus percutant et juste qu’il découle de l’interprétation de quatre femmes : l’autrice, la réalisatrice et les deux actrices. Maggie Gyllenhaal parvient à filmer le malaise grâce à des plans serrés, des corps mouvants et une caméra qui zoome, statique quand il faut pour laisser les actrices faire naître des gros plans au fil de leurs mouvements.

De : Maggie Gyllenhaal
Avec : Olivia Colman, Jessie Buckley, Dakota Johnson
Genre : Drame
Durée : 2h02
A voir sur Netflix depuis le 31 décembre 2021

Ils/elles en parlent aussi : Watch buddy. Les chroniques de Cliffhanger et Co. Séries de films

Publicité

23 réflexions sur “The Lost Daughter, Maggie Gyllenhaal

  1. Bonsoir,
    Voilà quelques jours que j’essaie de l’éviter car j’aimerais lire le livre avant de voir le film. Je vais essayer de résister, finir mon pavé, vite commencer Poupée volée pour enfin pouvoir le regarder.
    Qui plus est, il est tourné sur la magnifique île de Spetses que je connais bien.
    Merci et belle soirée

    Aimé par 2 personnes

    1. Bonjour,
      Ah je comprends cette volonté de lire le roman avant de voir l’adaptation… c’est ce que j’ai fait pour Le pouvoir du chien (Savage / Campion) et je n’ai pas regretté ! L’île sert de décor grandiose qui tranche avec l’ambiance… mais je n’en dis pas plus.
      Bon courage pour ce marathon livresque et prenez votre temps, je pense qu’on n’a pas fini d’en entendre parler.
      Belle semaine

      Aimé par 1 personne

    1. Je n’ai jamais lue l’autrice, tout juste débuté et abandonné son premier tome de L’amie prodigieuse en étant trop jeune.
      Olivia Colman est extra, comme toujours, mais c’est à mon sens Jessie Buckley qui vaut vraiment le détour ici.
      Je ne suis pas sur que Canal + mette la main dessus (c’est Netflix qui a acheté les droits) mais je croise les doigts 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s