The Beta Test, Jim Cummings

Jim Cummings a un don pour émailler le tragique de paillettes comiques – ou peut-être plutôt le comique d’éclats tragiques.

Après Thunder Road, il s’attaque ici au couple et à la fidélité, incarnant une nouvelle fois le héros. Jordan Haynes reçoit un jour une mystérieuse enveloppe pourpre contenant une invitation à une rencontre exceptionnelle dans une chambre d’hôtel. Après le corps à corps torride (et masqué), et même avant, il est hanté par les contours de la silhouette de celle qui fut sa partenaire le temps d’un 5 à 7. Pourtant, Jordan est sur le point de se marier. En parallèle, il porte sur ses épaules le poids de ses responsabilités stressantes d’agent hollywoodien dans une entreprise oscillant entre succès et faillite. Le métier de ce protagoniste, si hypocrite, est ainsi l’occasion pour le réalisateur d’ironiser sur ce milieu, sur ses faux-semblants et sur l’énergie constante à déployer pour un résultat souvent bien médiocre – n’oublions pas qu’il a lâché un magnifique « Fuck Hollywood » plein d’insolence souriante en amont de la première au festival de Deauville…

Jim Cummings porte un regard sans concession sur la tentation, la difficulté à garder la tête haute et à rester sur le chemin de la probité. Il questionne la possibilité même de droiture, suggère que tout un chacun est amené à fauter. Pour souligner son propos, des airs d’opéra tragicomiques et une police aux boucles déliées éclairent le pourpre royal, ton dominant des réminiscences sexuelles de Jordan, cet homme agaçant que le spectateur se délecte de voir choir. Ces tentations mènent à d’autres péchés, la mort s’invitant chez de nombreux couples californiens alors que les invitations pleuvent chez les ménages aisés, plus prompts à céder à la tentation d’après leur historique de navigation web. Les données personnelles n’ont jamais été aussi publiques et font de ces nouveaux riches une cible de choix. Il s’agit de la phase Beta Test d’une entreprise de plus grande envergure…

Entre enquête, drame, comédie matinée d’absurde et satire, ce long-métrage met intelligemment en lumière les failles d’Internet mais aussi et surtout celles de notre système marital actuel : notre génération n’est pas celle de nos parents.

De Jim Cummings, PJ McCabe
Avec Jim Cummings, Virginia Newcomb, PJ McCabe
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1h31
Sortie en salles le 15 décembre 2021
Bande-annonce ici

Elle en parle aussi : Lilylit

Publicité

8 réflexions sur “The Beta Test, Jim Cummings

  1. Maximelefoudulivre

    Bonjour Ceciloule,

    Très belle critique. Effectivement, le sujet porte sur la droiture et la société actuelle. Il y met énormément d’humour, un peu pour adoucir un fait assez important et qui semble se développer.
    Néanmoins, j’interprète un peu différemment le message du film.

    Pour moi, cela ne compare pas la différence entre le système marital actuel et celui de nos parents. L’infidélité dans un mariage a toujours existé je crois (enfin j’y étais pas). Je pense qu’il traite du problème lié aux réseaux sociaux et à l’utilisation de nos données personnelles. En effet, à l’époque de nos parents, cela existait beaucoup moins (course au fantasme, aux likes, revente des datas personnelles des utilisateurs). En fait, si on y regarde de plus près, un individu reçoit une mystérieuse lettre lui promettant le plus beau rendez vous de sa vie : On devine que l’expéditeur de la lettre connait les pratiques et préférences du destinataire en s’appuyant sur ses préférences de navigation internet, ses followers, habitudes etc.
    Visiblement, la lettre ne s’y trompe jamais.
    Le sujet de l’infidélité y est également traité je suis d’accord mais à mon sens, il y a une subtilité.

    En tout cas j’ai beaucoup aimé.

    Dans l’attente de te lire,

    Chaleureusement.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Maxime,
      Merci.
      J’évoque également la question de la violation des données. Pour moi, cependant, il s’agit avant tout d’une satire d’Hollywood et de notre modèle marital, voué à l’échec (surtout quand on s’appelle Jordan Haynes). À chacun son interprétation !
      Bonne journée

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s