Au-delà de la mer, Paul Lynch

Paul Lynch : l’onde pour seul horizon

Bolivar n’est qu’un pêcheur. Il ne connaît que la mer et ses poissons, son panga et ses filets. Un jour, alors qu’une tempête approche, il décide de prendre le large malgré tout et entraîne avec lui un adolescent que son patron lui a amené, faute de son partenaire habituel. Le vent se lève, les vagues les emportent, loin. Le moteur ne fonctionne plus.

Paul Lynch, avec ce scénario d’une apparente simplicité, construit un récit abouti qui oscille entre roman et réflexion philosophique. L’océan, à l’infini, et rien au-delà de la mer si ce n’est le bleu du ciel qui se confond avec l’onde. Bolivar et Hector survivent, la peau tannée par le sel et le soleil, la bouche sèche et l’estomac creux. Ils réfléchissent, confrontés à la mortalité de l’homme, à sa fragilité et à sa petitesse face au monde. Quand il n’est plus maître de son destin, son esprit déraille – avant le corps. Les deux marins laissent les souvenirs teinter l’horizon, les tentacules visqueuses du regret et de la vie d’avant engourdir leurs pensées. Ils pêchent et mangent. Dissertent sur leur existence passée, achevée, à jamais, se disputent, s’inquiètent de ce qui arrive aux vivants – eux-mêmes le sont-ils encore ? Le temps se contracte, s’arrête même, immuable alors que l’aube succède à l’obscurité qui succède au crépuscule, que les vagues lèchent encore et encore la coque de la frêle embarcation qui pourtant résiste à leur assaut et à celui de la pluie et des éclairs.

Poésie et monotonie au-delà de la mer

Quand la vie devient survie et que l’esprit ne peut plus que divaguer, suivre le rythme du courant, se laisser submerger par la lassitude et le monotone des jours et des nuits. Soudain, seuls d’Isabelle Autissier imaginait déjà le retour à la bestialité primale, aux instincts les plus basiques de l’homme qui est perdu, loin de la société et de la terre ferme et verdoyante, en milieu hostile qui ne veut pas de lui et rue pour se débarrasser de sa présence nuisible – même ici, en plein milieu de la mer où flottent des îlots de plastique. Vendredi ou la vie sauvage créait quant à lui une enclave de sable et confrontait l’homme à lui-même, comme Robinson Crusoé avant, et d’autres à sa suite. Pourtant, malgré quelques longueurs, inévitables, et une certaine monotonie, Au-delà de la mer ne se confond pas avec ces récits de survie, porté par un souffle poétique qui épouse l’onde marine, par une langue chantante, sublimée par Marina Boraso, qui s’essouffle bientôt alors que les deux héros perdent leurs forces et ressassent, ruminent, hallucinent.

Effrayant et sublime dans le sens le plus littéraire du terme.

Un grand merci aux éditions Albin Michel (Terres d’Amérique) qui en contribuant à enrichir aVoir aLire ont également contribué à enrichir Pamolico.

Paul Lynch – Au-delà de la mer
[Beyond the Sea – traduit par Marina Boraso]
Albin Michel (Terres d’Amérique)
18 août 2021 (rentrée littéraire 2021)
240 pages
19,90 euros

Ils/ elles en parlent aussi : La page qui marque. Aude bouquine. Moonpalaace. La culture dans tous ses états

12 réflexions sur “Au-delà de la mer, Paul Lynch

  1. Ping : 10 romans de la rentrée littéraire 2021 – Pamolico – critiques romans, cinéma, séries

    1. Bonjour,
      Je suis désolée de vous contredire mais ce roman fait bien partie de la collection Terres d’Amérique et m’a même été transmis par son directeur… Comme son nom ne l’indique pas, la collection publie des titres anglophones sans distinction d’origine. Sherman Alexis est Australienne, Paul Lynch Irlandais, tout comme Donal Ryan, également édités ici…

      J'aime

    1. Il avance par vagues, fait se succéder envolées lyriques, réflexions philosophiques et survie… mais j’ai ralenti également une fois arrivée à la moitié avant de le reprendre. La seconde partie est peut être trop longue mais la plume a une beauté poétique qui fait passer outre la monotonie qui s’installe je trouve.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s