Furies, Julie Ruocco

Les Furies à la croisée des destins

D’un côté, Bérénice, fille d’un homme taiseux aux consonnes roulant sur la langue, désormais orpheline de sa présence et de ses souvenirs, de son passé d’exilé qu’il ne lui a jamais transmis qu’à travers des récits inspirés de la littérature française – elle porte le nom d’une reine racinienne destinée au retour, sans savoir d’où elle est partie. De l’autre, Asim, frère de Taym, Syrien plein d’espoir avant d’être touché par la mort et la désillusion, le destin funeste de son pays le heurtant de plein fouet, fauchant sa joie et ses sourires.

Julie Ruocco alterne les focalisations, relate le destin de ces deux êtres fissurés, frêles mais aussi plein d’une force ancestrale que les coïncidences de la vie, les mêmes dont Aragon disait qu’elles font le monde, mènent l’un à l’autre, entre sacs de bijoux volés et regards effrayés, jeux d’enfants et récits ardents de douleur. Autour du cou, Bérénice porte un pendentif, Furie, fille de Cronos et déesse de la vengeance, responsable des disparus en mer et pendant la guerre. Comme triste présage, elle le garde contre elle en toute circonstance, sentant sa brûlure, semblable à un élément de souvenir, partie intégrante du paysage où elle se trouve, en Turquie, entre la morsure du soleil et la poussière piquante.

La Syrie de Julie Ruocco, entre sang, larmes et poésie

L’auteure relate la guerre syrienne, si complexe, avec un œil plein de poésie, de souffrance, et de compassion. Elle parvient à écrire ce pays délaissé de tous aux premières heures de sa nuit, débordé par les violences, absorbé par l’obscurité, mais percé de quelques étoiles qui survivent, vacillant, avant de s’éteindre, leur lumière effacée par l’étreinte du noir. Elle croise deux destins et ajoute à la toile narrative quelques fils qui apparaissent comme autant de couleurs ici et là, rappelant la multiplicité des êtres pris dans ce conflit sans fin, dans ce crépuscule qui semble éternel. Sa plume est d’une finesse imagée qui souligne de manière grandiose le sort de ce peuple et celui du nôtre, enfants des Lumières qui se laissent ronger par l’obscurité sans comprendre à quel point les existences de chacun sont inextricablement liées.

Ce roman, véritable coup de cœur de la rentrée littéraire, au même titre que Shuggie Bain, est le lauréat du Prix Envoyé par la Poste 2021.

Un immense merci aux éditions Actes Sud qui en contribuant à enrichir aVoir aLire ont également contribué à enrichir Pamolico.

Julie Ruocco – Furies
Actes Sud
18 août 2021 (rentrée littéraire 2021)
288 pages
20 euros

Elle en parle aussi : The unamed bookshelf. Aire(s) libre(s). Mademoiselle Maeve

6 réflexions sur “Furies, Julie Ruocco

  1. Ping : 10 romans de la rentrée littéraire 2021 – Pamolico – critiques romans, cinéma, séries

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s