Les dents de lait, Helene Bukowski

Les dents de lait ou un conte dystopique

Cette dystopie emprunte aussi aux contes d’autres temps, traversés d’éclats de rousseur, de miracles éphémères et de rires cristallins – ceux des changelins, ces créatures émissaires des fées. De Meisis, la petite fille aux cheveux de cuivre qui émerge de la forêt un jour et que Skalde recueille, elle ne saura rien. De même qu’elle ne sait rien d’Edith, sa propre mère. Toutes deux viennent d’ailleurs, sont arrivées d’on ne sait où dans cette région tantôt recouverte d’un lourd brouillard, tantôt brûlée par un soleil impitoyable. Les villageois n’aiment pas ceux dont ils ignorent l’origine et la raison de la fuite ; ils n’aiment pas les étrangers. Deux femmes d’un autre monde sous un même toit, voilà qui menace de jeter l’opprobre sur la maison de Skalde et de sa mère au comportement étrange, aux bijoux de nacre, aux parures de soie et aux dents de lait jamais tombées.

Helene Bukowski et la différence

Dans son premier roman, Helene Bukowski crée une métaphore de notre monde en pleine mutation, donne un autre visage à la crainte qui habite les cœurs, à la peur de l’autre qui est toujours ancrée chez les hommes et ce depuis des générations. Ses phrases sont courtes, sa plume, brute. Pourtant, quelques brisures de poésie étoilent ici et là les pages, fragments d’écriture que Skalde disperse dans la cabane où elles vivent cachées, menacées déjà. Les dents de lait parvient ainsi à questionner notre rapport à la différence tout en nuançant son propos : l’auteure le met à distance, faisant éclore un univers à la fois connu et étrange, uncanny ou « familièrement étrange ». De nombreux éléments restent inexpliqués, et le lecteur navigue à vue dans ce récit aux accents rétrofuturistes, qui fait presque écho à Dans la forêt de Jean Hegland mais s’en éloigne finalement pour mieux bâtir sa propre réalité, sa propre trame, voyage pour l’ailleurs qui pourrait bien devenir l’ici.  

Merci aux éditions Gallmeister pour cette lecture.

Helene Bukowski – Les dents de lait
[Milchzähne – traduit par Sarah Raquillet et Elisa Crabeil]
Gallmeister
19 août 2021 (rentrée littéraire 2021)
272 pages
22,40 euros

Ils/elles en parlent aussi : Anna de Sandre. Au pays des Cave Trolls. Aire(s) libre(s). EmOtionS. Love in books. Read look hear

11 réflexions sur “Les dents de lait, Helene Bukowski

  1. Ping : Les dents de lait de Hélène Bukowski – Au pays des cave trolls

  2. Ping : 10 romans de la rentrée littéraire 2021 – Pamolico – critiques romans, cinéma, séries

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s