L’enfant de la prochaine aurore, Louise Erdrich

Louise Erdrich, Amérindienne inquiète du futur

À l’heure où les 50 degrés ont été atteints en Amérique du Nord, à l’heure où la glace fond au Pôle Nord, où l’été fait grise mine et l’hiver s’adoucit, où les réfugiés climatiques commencent à affluer en Europe, Louise Erdrich signe une dystopie aux accents d’aujourd’hui. Les États-Unis qu’elle imagine, si proches de nous, sont reclus, repliés sur eux-mêmes depuis plusieurs années déjà, et la fin du monde est dans l’air sans que personne ne sache vraiment pourquoi. Enfin, l’annonce éclate : l’espère humaine en a fini avec l’évolution – désormais, c’est la régression. Les femmes enceintes seront ainsi les premières cibles du nouveau régime catholique extrémiste qui se met en place. Or, Cedar, l’héroïne de ce roman, attend un bébé. L’auteure imagine la lettre longue de nombreuses pages, récit consigné dans un carnet, qu’elle écrirait au petit être qui habite son ventre, à l’enfant de la prochaine aurore. Avant de savoir qu’une chasse aux sorcières est lancée, la narratrice tente de renouer avec ses racines, d’achever le puzzle de son existence et de sa propre naissance pour les raconter à son bébé à qui elle s’adresse. Ses parents l’ont adoptée et elle est née dans une famille amérindienne, ojibwé, qu’elle décide de rencontrer pour le bien-être de celui qu’elle pense être un garçon. Louise Erdrich signe donc un livre entre quête des origines et roman d’anticipation glaçant, titre à part, déparant dans sa bibliographie. Elle écrit à la première personne et à la deuxième, nous plonge dans les pensées, les doutes, les craintes et les humeurs fluctuantes d’une femme enceinte plus vraie que nature, ce qui crée une proximité certaine avec sa protagoniste et ceux qui l’entourent, famille originelle et famille adoptive.

L’enfant de la prochaine aurore, roman hybride

Le confinement forcé, la chaleur étouffante, la panique et la lente mutation des Hommes en animaux délateurs et froids sont autant d’éléments qui ne sont pas sans rappeler notre présent et les prédictions concernant les années futures de la Terre. Parfois, quelques envolées sont semblables à une mélopée, ode au monde disparu, au « paradis perdu » de neige et de douceur. Le parcours de Cedar est émouvant, tant sa recherche d’amour, sa quête d’elle-même, personnalité dissimulée et inachevée qu’elle tente de cerner en sondant les profondeurs de ses proches, que sa grossesse lente et compliquée, l’enflement progressif de son corps, proportionnel au nombre croissant de pages lues, dévorées. Le rythme est changeant, faisant tantôt de L’enfant de la prochaine aurore un page-turner radical tantôt une étude socio-médicale parcourue de réflexions sur la Conception.

Louise Erdrich - L'enfant de la prochaine aurore 
[Future Home of the Living God - traduit par Isabelle Reinharez]
Albin Michel (Terres d'Amérique)
Janvier 2021
416 pages
22,90 euros

Ils/elles en parlent aussi : Uranie. La livrophage. Elle m lire. Carolivre. Quand Ophe lit. Au pays des cave trolls. Les maux dits. Little coffee book. La flibuste des rêveurs. Les jolis mots de Clem. Aude bouquine. Les lectures d’Azilis. Hop ! Sous la couette. Les miss Chocolatine bouquinent. Ju lit les mots. Aux bouquins garnis. Mes échappées livresques La culture dans tous ses états

13 réflexions sur “L’enfant de la prochaine aurore, Louise Erdrich

  1. ta chronique est superbe et convaincante donc ce livre va rejoindre ma PAL
    dans un accès de fièvre acheteuse je viens d’acquérir « Dans le silence du vent » et « LaRose » qui étaient en attente depuis longtemps, maintenant il n’y a plus qu’à 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup ! Je me suis rappelée ton billet plus qu’enthousiaste donc je n’ai pas hésité pour ce roman, d’autant que le nom de Louise Erdrich ne m’était pas inconnu. Je sais que L’enfant de la prochaine aurore est à part dans sa bibliographie mais, comme toi, j’ai envie de découvrir ses autres titres 😊 belle journée à toi aussi Fred !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s