Arbre de l’oubli, Nancy Huston

En entremêlant trois voix, Nancy Huston signe un roman féminin confus et fourre-tout sur l’appartenance, la religion, l’abus sexuel et la « race » aux États-Unis. Shayna a la peau sombre, bien plus sombre que celle de ses parents. Joel et Lili Rose sont blancs, « beiges » dit l’auteure, et la fillette, « marron », aura bien vite le sentiment de détonner, de ne pas être à sa place dans leur foyer. Pourtant, elle a été désirée plus que de raison, son adoption étant le lien entre les trois focalisations, leur point de convergence. D’un côté, l’enfance de Joel dans une famille juive réfugiée de Tchécoslovaquie après la Seconde Guerre Mondiale ; de l’autre, celle de Lili Rose entre deux parents catholiques, un traumatisme enfoui comme boussole pour toute son existence. Pour situer dans le temps ces bribes de vie – l’adolescence de Joel et de Lili Rose puis leurs études puis leur rencontre –, Nancy Huston jette ici et là des phrases de contexte, jamais vraiment liées au reste, en décalage avec le roman qui se surimprime sur cette toile de fond en l’effaçant. Enfin, en alternance, le lecteur rencontre Shayna, sa solitude et sa douloureuse conscience d’elle-même, la suit pendant ses jeunes années, sa découverte du monde et de l’Histoire des Noirs-Américains, que l’auteure persiste à appeler « les Marrons ». Comme refrain à cette partie du récit menée à la seconde personne – comme si Nancy Huston voulait se prémunir contre toute accusation d’appropriation culturelle – sont régulièrement livrées quelques lignes directement issues de la main de la jeune femme noire, liant esclavagisme et abus modernes.

L’arbre de l’oubli ou le tronc de Ouidah auquel les hommes et les femmes béninois bientôt esclaves confiaient leurs souvenirs du continent noir pour ne pas les entacher de douleur et de sang, ne pensant pas qu’ils ne pourraient jamais revoir leur précieux trésor mémoriel. Cet arbre est ainsi le symbole d’une culture oubliée pour une autre, d’un syncrétisme culturel brouillon résultant de siècles d’oppression (plus d’informations à ce sujet sont disponible sur le Journal d’un Pigeon Voyageur).

Si l’idée même de fiction contredit celle d’appropriation culturelle, vient malgré tout le sentiment que l’auteure n’est pas vraiment à sa place pour faire le lien entre esclavage et domination moderne, entre les mères porteuses, le montant alloué à une vie noire et les viols des esclaves dans les champs de coton. Ses personnages nous restent étrangers malgré la narration omnisciente, une sage distance est maintenue et le propos sous-jacent met plus que mal à l’aise.

Merci aux éditions Actes Sud qui en contribuant à enrichir aVoir aLire ont également contribué à enrichir Pamolico.

Nancy Huston – Arbre de l’oubli
Actes Sud
3 mars 2021
320 pages
21 euros

Ils/elles en parlent aussi : La flibuste des rêveurs. Worldcinecat. Rumeur d’espace. Ô grimoire

13 réflexions sur “Arbre de l’oubli, Nancy Huston

  1. Ping : Là où nous dansions, Judith Perrignon – Pamolico – critiques romans, cinéma, séries

  2. Ta critique m’a beaucoup intéressée. De façon générale j’aime beaucoup Nancy Huston et j’ai dévoré ce dernier livre avec plaisir, j’en ai apprécié la construction particulière et le style. J’ai néanmoins été comme toi dérangée par certains aspects et le côté fourre-tout mais cela m’a interrogée sur moi-même et mes à priori et ça, c’est positif !

    Aimé par 1 personne

    1. C’etait mon premier également et je n’ai pas trouvé son style particulièrement marquant mais il ne m’a pas déplu non plus. Disons que cela n’a pas suffi à compenser un parallèle qui m’a vraiment choquée et ce côté fourre-tout. Tant pis !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s