Catégories
Romans français

Sale bourge, Nicolas Rodier

Les phrases sont courtes et simples à l’excès, épurées de tout effet de style. Les pages sont très blanches, à l’opposé des faits relatés – aller droit au but quitte à aérer les lignes, à élaguer. Le narrateur est un homme ; il raconte au présent, il refait l’histoire, tente de comprendre sa mise en demeure, le déterminisme de sa violence. Son récit s’ouvre alors qu’il est encore enfant, en vacances avec sa fratrie, ses cousins, sa tante. Sa mère. Dès le début de ce premier roman, la violence suinte des mots. La pression morale, les gifles. Pierre est maltraité, même si le mot ne sera pas employé. Ils sont six frères et sœurs, c’est l’aîné. Ils sont scouts, catholiques, bien-pensants. Chez eux, on fait HEC ou Polytechnique. On réussit. On n’est pas homosexuel ou prof de philo. On brille en société. On ne dépare pas. Le père est éteint, la mère est dépressive, brutale, meurtrie par les violences et les abus passés – parce que la violence, c’est cyclique, répétitif. C’est intergénérationnel. En ayant été frappé, on frappe. Et parce que Pierre a été molesté, malmené, il est condamné à faire de même, victime devenant bourreau.

Dans les pas de Zola et de sa théorie héréditaire, Nicolas Rodier dénonce, il pointe du doigt. Ce n’est pas parce que le milieu est privilégié que la famille est blanche comme neige. Sale bourge semble donc partir du même postulat que Les choses humaines de Karine Tuil : être à l’abri du besoin ne signifie pas être à l’abri de l’agressivité, des bleus, des cris, des larmes. De la dépression. Si la description du biotope où évoluent ses personnages peut sembler à la limite de la caricature malgré la connaissance de l’auteur pour ce milieu social, le message est là, tout comme l’intention. La colère et les coups ne sont pas réservés à ceux qui sont les moins bien lotis, qui peinent à payer leur loyer. Insidieuse, elle exsude des pores de chacun, surtout s’il y a des précédents. Personne n’est protégé de ses attaques. En tout cas, Pierre ne l’est pas.

Les éditions Flammarion en parlent ici.

Ils en parlent aussi : Lily lit, La parenthèse de Céline, Lire en buvant un café, Les fringales littéraires, Au fil des plumes, Mes p’tits lus, Le temps libre de Nath, La bibliothèque de Juju, Les chroniques de Koryfée, Mélie et les livres, Soizic et ses lectures, La marmotte à lunettes, Vagabondage autour de soi, Ma collection de livres, Billets de poche

10 réponses sur « Sale bourge, Nicolas Rodier »

Il est dans ma pal, mais je ne n’ose pas le lire. En raison de ce que tu écris là : « En ayant été frappé, on frappe. Et parce que Pierre a été molesté, malmené, il est condamné à faire de même, victime devenant bourreau. » J’avais peur que ce message soit passé, alors qu’il ne me paraît tellement faux et il fait mal.

Aimé par 1 personne

Je ne peux pas m’exprimer sur la question, je ne sais pas si c’est faux ou non. J’imagine qu’on absorbe forcément un peu de la violence qu’on reçoit, qu’on pousse de travers, mais que tout dépend ensuite de la personne, des circonstances,…
En tout cas tout repose ici sur ce postulat donc effectivement, passe ton chemin.

J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s