Catégories
Romans français

Le discours, Fabrice Caro

Il n’est pas conseillé d’ouvrir Le discours (ou toute autre œuvre de Fabrice Caro – alias Fabcaro) en public, sous peine de passer pour un illuminé. Dès les premières pages, que dis-je, les premières lignes, sa plume nous fait rire, jette une lumière nouvelle sur une situation que nous avons tous déjà vécue et, à la manière d’un humoriste, il la tourne en dérision, sait trouver les mots qui décrivent exactement le sentiment ressenti à cet instant-là, la solitude qui fut alors la nôtre. L’élément décalé, ridicule ou bizarre mais aussi très banal tout à la fois, est repris de-ci, de-là dans le livre, comme une spirale qui avancerait tout en s’enroulant sur elle-même. Avec cynisme et drôlerie, Fabrice Caro signe donc un roman plein d’esprit qui se dévore bien trop vite. Certes le style n’a pas la poésie de certains romans mais le rire est au rendez-vous à chaque page.

Adrien est attablé chez ses parents où ceux-ci les reçoivent lui, sa sœur et le fiancé de cette dernière, Ludo. Ludo qui, nonchalamment, débute la soirée par proposer à Adrien de faire un discours lors de leur mariage. Déjà abattu par une « pause » amoureuse qui s’éternise, c’en est trop pour notre narrateur qui, pourtant, s’efface comme si souvent dans sa vie. Ce repas est propice aux réminiscences, aux souvenirs, et aux remarques intérieures très à-propos d’Adrien. Cette petite voix interne est celle qui emporte le lecteur dans un tourbillon d’émotions, de rire parfois mélancolique parfois euphorique. Fabrice Caro, en plus de revenir sur des situations cocasses et toujours très réalistes, parvient systématiquement à mettre le doigt sur la particularité de l’un ou de l’autre qui rappelle au lecteur l’un de ses proches. Caractères tellement vrais qu’ils sont presque stéréotypés, comique de répétition qui ne lasse jamais et dialogue interne acerbe et acéré : que demander de plus ? Ne cherchez plus l’antidote aux coups de blues post-confinement, ouvrez Le discours, Zaï Zaï Zaï Zaï ou Moins quhier (plus que demain) de Fabcaro, succès garanti !

Folio en parle ici

Ils en parlent aussi : Aleslire, Au fil des livres, Îlot lecture, 22h05 rue des dames, Mes p’tits lus, Livre est ce de la nuit, Bib’bazar, Moon palaace, Folittéraires, La parenthèse de Céline, Les échappées du Goupil, Delphine Folliet, Dadoulit, Lilylit, Les wahou de Claire, Les pages qui suivent, Bulles et chapitres, Voyage littéraire, Le blig de Krol, Lire & elle, Les yeux dans les livres, Juliebouquine

14 réponses sur « Le discours, Fabrice Caro »

Bon, eh bien… chacun son humour vais-je dire 🙂 le manque de descriptions ne m’a absolument pas gênée, je trouve que l’on se projette d’autant mieux dans les situations qu’il raconte qu’on peut y superposer nos propres souvenirs. De même pour les personnages, son dialogue intérieur et le filtre de son regard en laisse savoir juste assez pour évoquer des situations déjà vécues et certains de nos proches… bref, nous ne tomberons pas d’accord, et c’est aussi la beauté de la blogosphère 😉

Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s