Catégories
Romans étrangers

Le monde selon Garp, John Irving

Délicieusement absurde mais non dénué de message, Le monde selon Garp est un roman de son temps et même avant-gardiste, féministe et profondément drôle, critique caustique de la société américaine du siècle dernier. Dans ses thèmes modernes, certains noteront sans doute des résonances entre ce roman et Phénomènes naturels de Franzen par exemple. Femmes fortes, mères célibataires, famille, manifestations, liberté. Féminisme.

Garp naît dans des circonstances étonnantes, tout comme John Irving lui-même. Sa mère est tout aussi unique que lui, étonnante, sûre d’elle et de son étrangeté. En grandissant dans pareil environnement, à Steering, école pour garçons où sa mère est infirmière, Garp ne peut que développer un caractère bien spécifique, et (légèrement) psychotique. Après son enfance et son adolescence, passée pour partie à Vienne, c’est la vie d’adulte de son héros que John Irving nous raconte. De mari puis de père, d’homme au foyer et d’écrivain, d’homme infidèle puis trompé. Tous les personnages de ce roman ont un côté détonnant et décalé, tout en semblant porter un morceau du message sociétal multiple véhiculé par ce roman.

Plusieurs fois, John Irving crée des mises en abîme, insert les écrits de Garp, écrivain, dans son propre livre. Des échos se font alors entre les différents niveaux du Monde selon Garp, oniriques et loufoques – le titre prend d’ailleurs tout son sens puisque le monde qui nous est donné à voir est autant celui où Garp évolue que celui perçu par ce protagoniste attachant mais dérangé. Les dialogues sont semblables à des échanges de ping-pong, le lecteur va d’un personnage à l’autre, subjugué par la vivacité et les traits d’esprits toujours si fins d’Irving, d’une simplicité enfantine mais qui font mouche à tous les coups. Dans la première partie du Monde selon Garp, chaque paragraphe est semblable à une mini-nouvelle à chute, chaque phrase finale venant ridiculiser ou bien apporter encore davantage de mordant à ce qui est écrit au-dessus. Un régal qui n’a pas vieilli !

Ils en parlent aussi : Mon journal de lectures, Les yeux dans les livres, Le souffle des mots, Madmoizelle, Les livres que je lis, Mes pages versicolores, La critiquante

33 réponses sur « Le monde selon Garp, John Irving »

Je garde un merveilleux souvenir de la lecture de ce roman, tout comme de tous les autres romans de John Irving d’ailleurs. Actuellement je lis Phénomènes naturels de Jonathan Franzen, mon premier roman de cet auteur et j’avoue que j’apprécie énormément son style également.

Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s