Catégories
Littérature étrangère

Des gens comme nous, Leah Hager Cohen

Une famille comme les autres – ou presque. Les Blumenthal vivent dans cette maison depuis plusieurs générations. Ils l’aiment même si Walter et Bennie envisagent de vendre, de partir, d’abandonner souvenirs et bois, meubles encombrants et souris. Ils vivent à Rundle Junction depuis des années ; leurs enfants, Pim, Mantha et Tom, n’ont jamais connu que ces murs. Clem, elle, a été la première à partir – et à revenir aussi, revenir se marier dans la maison familiale, dans la maison de son enfance, entourée de ses frères et sœurs, de ses parents, de l’ancestrale Tante Glad, de son oncle et de sa tante, de ses cousins et de ses amies. Les jours passent doucement, les heures s’écoulent, les arrivées se multiplient. Le bercail se remplit peu à peu, résonne de cris et de pleurs, de rires et de jeux, gonfle jusqu’à être sur le point d’exploser.  

Leah Hager Cohen raconte l’histoire de cette bâtisse, le cycle de la vie, les répétitions, le passé qui recommence, qui influe sur le présent. Tante Glad se rappelle, confond souvenirs et quotidien, flotte entre deux-eaux, navigue, perdue, entre juin 1927 et juin 2014…

L’auteure a un vrai don pour dresser le portrait d’une famille, donner corps aux disputes, aux mystères et aux mythes qui la fondent. Elle joue allègrement avec les points de vue sans que le lecteur ne remarque la transition si fluide entre les pensées de l’un et les pensées de l’autre. Cette famille se recrée, se rassemble à nouveau, vit.

Quelques détails pourront peut-être sembler superflus, ou étranges – les trois occurrences du point de vue d’une souris par exemple, mais l’ensemble est à la fois léger et profond, réflexion sur la tribu, la communauté, la judéité et l’extrémisme.

Merci aux Éditions Actes Sud qui en contribuant à enrichir le site d’aVoir-aLire contribue également à enrichir ce blog.

Ils en parlent aussi : Books, moods and more, En lisant, en écrivant, Les libraires masqués du grenier

12 réponses sur « Des gens comme nous, Leah Hager Cohen »

C’est un bon roman, qui colle vraiment à son titre, on a l’impression d’appartenir à la famille pendant la lecture 😉 et effectivement, la maison est le point de jonction de tout ce petit monde, le ciment qui donnent de la tenue à l’histoire.
Merci pour ton passage !

Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s