Catégories
Romans étrangers

Enivrant, sombre et lumineux (Sugar Run, Mesha Maren)

Un sugar run, ou un cycle de chance au poker, et pourtant la chance ne semble pas sourire à Jodi, et ce n’est pas faute d’y mettre du sien. Le sort s’acharne contre elle, les rencontres toxiques s’accumulent. À sa sortie de prison, elle est égarée, ailleurs, dépassée par tout ce qu’elle n’a pas vu vivre, passer, par toutes ces années écoulées alors qu’elle était derrière les barreaux, loin de tout, de ses proches, de ses champs et de ses rêves de nature et de vie au grand air. L’amour, le désir, la drogue, autant de circonstances aggravantes, autant de données qui font tourner la roue de la fortune, qui affolent les cœurs et les pensées, les corps et les fantasmes. Les responsabilités sont enveloppées d’un brouillard brumeux, occultées par les esprits engourdis par le sommeil, les médicaments, le tabac, le soleil et la caresse de la liberté. Mais Jodi et celles qu’elle rencontre, sont-elles réellement libres ou n’est-ce qu’une simple illusion, l’illusion d’évoluer dans un paysage sans frontière visible mais en réalité encombré d’obstacles créés tant par la société que par elles-mêmes et leur fatalité, leur incapacité à s’éloigner du nocif, à le renifler, à le détecter et à l’éviter coûte que coûte. Le nocif, c’est ce qui les attire, le nocif et le danger, la certitude de voler au plus près du soleil, quitte à se brûler les ailes et à tomber, aveuglées et les plumes brûlées.

Un style pur et brut, nimbé d’un halo mystérieux, sombre, presque noir. Ce roman est un oxymore semblable à son titre, mêlant la douceur ouatée du sucre, à l’adrénaline, au speed et au danger. L’atmosphère créée par Mesha Maren a une vraisemblance folle, elle est mouvante, changeante, la lumière dont l’auteure enveloppe ses personnages la faisant évoluer d’une scène à l’autre. Les phares de voiture, les néons, le doré de l’aube donnent un côté à la fois irréel et authentique au roman, un rythme éthéré, hors du temps et effréné, enivrant et indolent. La vérité brute qui émane de ses mots, des rayons du soleil, de la poussière en suspension dans l’air, de la lumière crue et glauque des néons rend les scènes presque tangibles. Le lecteur voit ces femmes fatales, ces femmes perdues et pleines d’espoir, désabusées par la vie mais des projets de futur et des bonnes résolutions plein la tête, évoluer sur les routes de Virginie, entre les montages et les champs, entre les hommes et la forêt.

Entre fable écologique, romance funeste et destin tragique, Sugar Run nous emporte aux États-Unis, entre 1987 et 2007, entre passé raconté au présent et présent narré au passé, entre souvenirs et réalité, les époques se confondant presque pour nous interroger : ne sommes-nous pas condamnés à répéter encore et encore les erreurs du passé, ne sommes-nous pas enfermés dans un cycle, sugar run pour les uns et bad run pour les autres ?

Merci aux Éditions Gallmeister qui, en contribuant à enrichir le site d’aVoir-aLire, contribue également à enrichir ce blog.

Ils en parlent aussi : Sur la route de Jostein, Read look hear, Actu du noir, Ally lit des livres, Mes pages versicolores, Folittéraires, Des livres aux lèvres, Livres de Folavril, Livr’escapades, La booktelleuse, Les marque-pages d’une croqueuse de livres, Nom d’un bouquin, Devoratrix Libri, BeepsBooks

10 réponses sur « Enivrant, sombre et lumineux (Sugar Run, Mesha Maren) »

Répondre à Ces montagnes à jamais, Joe Wilkins – Pamolico : critiques, cinéma et littérature Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s