Catégories
Sélections du Prix du Roman des Etudiants France Culture / Télérama

Canicule à Berlin (La Maison, Emma Becker)

Ce roman a été lu dans le cadre du Prix du Roman des Étudiants France Culture / Télérama 2019.

Ce roman est sans doute davantage un essai sociologique qu’une œuvre de fiction. À de nombreuses reprises – quasiment à chaque page en fait, il nous met mal à l’aise et questionne nos certitudes. Emma Becker parle d’elle, parle d’expérience, sait pertinemment ce qu’elle dit parce qu’elle l’a vécu. Elle a côtoyé ces femmes, ces « putes », elle a passé deux ans dans « La maison » à Berlin. Pas de faux-semblants avec elle, pas de fausse pudeur. Le lecteur doit s’attendre à lire des mots crus, des mots durs et sans fioritures, des mots qui ne laissent aucun secret ni aucun mystère, qui dévoilent l’anatomie et les horreurs comme les bonheurs. L’auteure ne cherche pas à nous protéger, simplement à nous confronter à une réalité ignorée, effleurée tout juste par quelques hommes, de temps en temps, ou vécue comme l’expérience d’une vie. Elles sont rondes ou minces, coquettes ou râleuses, ont un « gros cul » ou des seins lourds, mais toutes ont un rire unique, un caractère, une présence irremplaçable.

La narration est décousue, et le récit va et vient d’expérience en expérience, de « client » en « client », de chambre en chambre. Emma Becker raconte le Manège, cette sorte d’usine à dames, et surtout cette Maison, maison qu’elle a considérée comme telle davantage que comme une maison close, maison qu’elle a aimée comme un chez-elle. Elle raconte ses dédales et ses recoins, les habitudes des filles, leurs pêchers mignons, leurs caprices et leur vie, en filigrane.

Il ne faut pas lire ce livre comme un roman, je l’ai déjà dit, et il faut s’attendre à être choqué, à entendre parler de sexe, crûment et sans filtre. On fait l’économie de certaines pages, même si la plume de l’auteure est ciselée, précise, douce et incisive. C’est une réalité, ce sont des vies qui existent, qui sont là, quelque part, et qui ne sont pas vraiment racontées. Alors certes, tout le monde ne lit pas pour se voir imposer des scènes dignes de films pornos, mais c’est un de ces livres dont on pourrait dire qu’il est nécessaire.

Ce qu’en disent les éditions Flammarion ici 🙂

Ils en parlent aussi : Un plaid, un thé, des livres, Loupbouquin, Les éditions de Chavonnes, Lectures de rêves, Littécritiques, Le quotidien Julia, Les indécises chroniquent, Révolution féministe, Mes ptit lus, Sonia boulimique des livres, Topobiblioteca, Mes échappées livresques, Black roses for me, En faits, Livrissime, Alma Mater, Liseuses de Bordeaux, Nuit de livres, Allilalu

8 réponses sur « Canicule à Berlin (La Maison, Emma Becker) »

Répondre à lorenztradfin Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s