Catégories
Critiques littéraires Littérature française

Une romance pas trop romantique (Je ne suis pas une héroïne, Nicolas Fargues)

Nicolas Fargues renoue avec ses héros anti-héroïques, mais parvient cette fois à nous émouvoir. Contrairement au Romain d’Au pays du ptit, Géralde, sa répartie, sa carapace, son sens artistique, ses rêves et ses espoirs sont attachants.

Ce récit est fait à la première personne, ce qui rend le lecteur complice des aventures de son héroïne qui n’en est pas tout à fait une, qui reste une femme comme il y en a des tas en France, une femme qui pourrait être n’importe qui, et qui est bien quelqu’un tout à la fois. Son caractère, son corps gracile, ses pensées et ses sentiments deviennent presque tangibles sous la plume drolatique de Nicolas Fargues. Elle a de l’esprit, des complexes qu’elle cache plutôt bien sous des réparties acerbes, des remords, tâche de ne pas avoir de regrets. Elle semble plutôt à l’aise avec elle-même, avec sa couleur de peau, c’est avec les réactions des autres qu’elle ne l’est pas, à l’aise. Le moindre petit commentaire semble être sujet à interprétation et en même temps, que savons-nous de la portée de nos répliques les plus innocentes ? Qu’en sait même l’auteur ? Je ne pense pas faire offense à une femme française, trentenaire et noire en disant qu’il parvient à donner corps à un personnage crédible, comme s’il était confronté dans son quotidien aux épisodes qu’il relate.


On apprécie son personnage, on apprend à la considérer comme proche de nous, ses réactions nous intriguent et son histoire nous rend curieux. Son histoire est d’ailleurs celle d’une célibataire qui navigue d’une relation à l’autre, avec des ratés, cumulant les Jimmy sans jamais rencontrer son Jim, jusqu’à ce que… je n’en dis pas plus, simplement que tout semble vrai, rien n’est surjoué, surfait, sur-dit.

C’est un roman juste, pour montrer que nous sommes tous tout le monde et unique à la fois, que nos préoccupations sont universellement françaises tout en étant uniquement nôtres.

Elle en parle aussi : La baladeuse

1 réponse sur « Une romance pas trop romantique (Je ne suis pas une héroïne, Nicolas Fargues) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s