Catégories
Critiques littéraires Romans français Sélections du Goncourt

L’Afrique du futur (Rouge impératrice, Leonora Miano)

Ce roman est ardu à lire… Tellement ardu que d’aucuns n’arriveront pas au bout. L’idée de base est pourtant intéressante. L’auteure raconte une histoire d’amour ayant pour toile de fond une Afrique futuriste, une Afrique toujours debout, recentrée sur elle-même, sur son Histoire, son passé et ses ancêtres (les esprits ont ici la parole) et ayant même survécu à ses anciens colons – dont les fameux fusali, les Français (nous apprendra le glossaire). Le Katiopa réunifié, regroupant de nombreuses nations du « Continent », est en paix (ou dans un état s’en approchant) avec les pays qui l’entourent et ne l’ont pas encore rejoint. Malgré tout, Ilunga, le héros, et les autres membres de l’Alliance sont inquiets au sujet des Sinistrés, des occidentaux ayant fui leur pays européen, ou bien choisi de renouer avec leurs racines. Le racisme s’est inversé et ce sont ici ces Blancs qui sont discriminés, eux et leur soi-disant supériorité passée, leur culture en passe de disparaître et à laquelle ils sont si attachés. Des clans se sont formés, ainsi que des sortes de réserves, très similaires aux lieux où sont regroupés les Amérindiens, espèces d’enclaves pestiférées au sein même de la nation.

L’écriture est belle mais peut-être trop ampoulée, ce qui perd régulièrement le lecteur. Le livre se traîne, de digressions en digressions, de changements de point de vue en changements de point de vue, s’attardant sur des personnages secondaires qui apparaissent au centre de la scène avant de sortir pour plusieurs chapitres. Notre esprit se met à divaguer, surtout lorsque nos yeux parcourent les pages ayant trait aux voyages spirituels des personnages, étranges et rendant la chose encore plus obscure, ou bien lors des passages évoquant l’Histoire de ce Continent, Histoire complètement abstraite pour nous. C’est d’ailleurs sans doute là que Leonora Miano s’est méprise : nous partageons trop peu avec les personnages pour nous attacher à eux et à ce qu’ils vivent. On s’en moque un peu, on survole certaines pages, trop longues, trop dures à lire, en attendant de retrouver cette romance enfouie sous tant de détails historiques (uchroniques et dystopiques tout à la fois) trop détachés de notre présent, de notre quotidien. Peut-être aurait-elle dû glisser en préambule une carte du monde en 2146 et quelques éléments nous permettant de comprendre, pourquoi pas une frise chronologique. Ce qui est certain c’est que nous nous lassons rapidement de ces pavés si denses, si peu aérés, de ces phrases alambiquées et aux termes complexes, de ces personnages un peu agaçants aux préoccupations bien trop éloignées des nôtres. Trop peu de liens nous rattachent à ce livre engagé, bien trop peu pour nous emporter et nous faire voyager dans le temps.

Dommage, le postulat de départ promettait un roman passionnant et au rythme bien plus enlevé.

Badge Lecteur professionnel

Merci à NetGalley et aux Éditions Grasset pour cette lecture.

Ils en parlent aussi : Les Carpenters racontent, Librairie Bon Presse, Diacritik, Mélopée : le bruit des livres, Grace Minlibé, Ma voix au chapitre, L’art et l’être, Libre jugement, Sur la route de Jostein, Entre les lignes

10 réponses sur « L’Afrique du futur (Rouge impératrice, Leonora Miano) »

J’ai lu ce roman sur liseuse donc j’ai vu qu’il y avait un lexique à la fin… dommage !
Tant mieux qu’il trouve son public, et puis j’imagine que tu n’es pas la seule à l’apprécier puisque les critiques sont très bonnes dans l’ensemble et qu’il est toujours dans la course au goncourt 😉
Merci pour ton passage !

Aimé par 1 personne

Répondre à melopee1986 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s