Féminisme et politique (Mangoustan, Rocco Giudice)

Ce roman est semblable à un étonnant triptyque, brossant le portrait de trois femmes à la fois très différentes et similaires. La première, Laure, est une Française expatriée qui a suivi son mari à Singapour avant qu’il ne la quitte pour leur femme de ménage. La seconde, Irina, est une Ukrainienne d’une trentaine d’années, une Ukrainienne qui a eu de la chance et vit en Suisse aux côtés d’un riche homme d’affaires. Enfin, la dernière est l’actuelle première dame américaine, Melania Trump, soumise à l’infernale vie politique qui va avec son statut. Toutes sont donc plus ou moins dépendantes d’un homme, n’ayant pas la main mise sur leurs actions, leurs revenus, et leur quotidien. Puis, comme tant d’autres avant elles, elles décident finalement que trop, c’est trop, qu’elles peuvent (et doivent) exister par elles-mêmes et pour elles-mêmes.

Un chapitre après l’autre, le lecteur fait donc la connaissance de chacune de ces trois femmes, découvre leur vie, leur histoire et rentre dans leur intimité. Peut-être l’auteur aurait-il pu creuser davantage leur individualité et leur caractère car elles tendent à se mélanger – sans que cela ne soit gênant pour autant. En effet, elles sont toute trois porteuses d’un seul et même message et le fait que leur destin s’embrouille dans notre tête renforce le propos de Rocco Giudice.

Son style est très agréable, les phrases, réfléchies et bien construites, accompagnées de nombreuses métaphores, sont réellement accrocheuses et il est compliqué pour le lecteur de reposer Mangoustan. Cette tempête tropicale imaginaire qui s’abat sur Hong-Kong est d’ailleurs l’apogée du roman, là où les trois femmes voient leur vie se frôler de manière concrète tandis qu’auparavant, elles s’effleuraient seulement dans notre esprit, se ressemblant par bien des aspects.

On n’aurait donc pas craché sur quelques pages supplémentaires, qui auraient permis de donner plus de profondeur à la lecture, mais c’est un roman très plaisant, intelligent et bien pensé. Le message porté par l’auteur amène à une prise de conscience féministe intéressante dans le monde d’aujourd’hui. Enfin, les frasques de la première dame et sa manière de s’imposer face à un mari aussi peu scrupuleux et grossier sont ici mieux dépeintes que dans n’importe quel média : qui avait donc réellement pris connaissance d’une telle résistance sous-jacente, implicite mais bien présente ?

Mangoustan est donc un roman ancré dans son époque qu’il est bon d’avoir lu, qui donnera envie aux femmes de s’émanciper encore plus que nous le sommes déjà. À méditer.

https://s3.amazonaws.com/netgalley-assets/3c03ce79d/images/badges/pro_reader_120.png

Merci aux Éditions Allary et à NetGalley pour cette lecture

Ils en parlent aussi : Ma voix au chapitre, Les lectures de maman nature, Jolivre, Du bonheur de lire, La lectrice compulsive, Pause polars, Folavril, Les lectures d’Antigone, La bibliothèque de Juju

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :