Catégories
Critiques littéraires Littérature étrangère

La ronde des sentiments à l’asile (La salle de bal, Anna Hope)

Un an après avoir lu Le chagrin des vivants, me revoici avec un roman d’Anna Hope entre les mains. Cette fois, c’est avant la première guerre mondiale que l’histoire se passe, toujours en Angleterre mais dans le Yorkshire et plus à Londres. Là encore, trois personnages sur lesquels se centre un chapitre après l’autre et ce durant les trois parties de ce livre. Ella, John et Charles. Les deux premiers sont internés à l’asile de Sharston tandis que le dernier y est docteur. Si Ella et John sont supposés être des patients et le troisième censé être plus sensé justement, c’est l’inverse qu’a choisi de mettre en scène l’auteure. Ella et John sont là un peu par erreur, pour une fêlure passagère, pour avoir failli pendant quelques instants – et j’imagine que cette situation était fréquente à l’époque, en 1911. Charles Fuller est là par hasard également, parce qu’il est tombé sur une annonce intéressante après avoir réussi à très peu de choses ses examens. Son personnage nous paraît rapidement détestable, faible et plus instable à bien des égards que ceux des deux internés.

Ce sont les petites choses du quotidien de l’asile que raconte Anna Hope, la salle de bal des vendredis soir, la violence des infirmières, les travaux que doivent réaliser les patients – blanchisserie ou cuisine pour les femmes, labourage et creusage de tombes pour les hommes. Elle s’intéresse aussi aux relations humaines qui se créent dans ce microcosme, cette société miniature qui obéit à ses propres règles. Le livre est d’ailleurs, à peu de choses près, un huis-clos. Amour et amitié sont au centre de ce roman qui est écrit tout en finesse malgré quelques scènes plus dures, décrivant l’incompétence et la violence du personnel.

Si les premières pages adoptent un rythme plutôt lent, celui de la vie à l’asile, le roman vaut le détour. De nombreux articles authentiques sur l’eugénisme ont été glissés entre les pages, dans les chapitres qui adoptent le point de vue de Fuller, articles scientifiques un peu pompeux mais qui font froid dans le dos. C’est une partie de l’Histoire qui est peu évoquée et je dois avouer que ce n’est pas glorieux. Churchill serait peut-être moins bien considéré si cette période était mieux connue.

L’asile où se passe le roman est en réalité inspiré de celui de Menston, où l’arrière-arrière-grand-père d’Anna Hope a séjourné quelques temps – ce qui lui a donné envie d’écrire ce roman en sa mémoire.

Voici ce qu’en dit Gallimard 🙂

Ils en parlent aussi : Au fil des livres, Flo & Books, Mille et une lectures de Maeve, A les lire, Collection de livres, Les marque-pages d’une croqueuse de livres, Luciole et feu follet, L’écume des lettres, Les pages qui suivent, La bibliothèque de Juju, La culture dans tous ses états, Moon Palaace, Mélie et les livres, Un cahier bleu, Mumu dans le bocage

11 réponses sur « La ronde des sentiments à l’asile (La salle de bal, Anna Hope) »

Bonjour, je découvre ton blog par le biais du lien que tu as laissé sur à les lire ! J’aime beaucoup ton article et la lecture très fine que tu fais des « hasards » et le rapport entre les trois personnages. j’ai vu que tu es une très jeune blogueuse ( par rapport à moi !), alors je te souhaite bon courage dans cette entreprise passionnante mais aussi exigeante.
A bientôt !

Aimé par 1 personne

Répondre à La culture dans tous ses états Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s