D’autres mondes (Zombi Child, Bertrand Bonello)

Ce film est étrange. D’une lenteur impressionnante, la réalisation commence par nous montrer Haïti et sa verdure en 1962. Après qu’un homme ait découpé un poisson lune et réalisé une sorte de poudre – un rite vaudou devinons-nous, la caméra suit un Haïtien mutique et assez bizarre qui semble revivre alors que l’on vient d’assister à son enterrement. On n’en sait pas beaucoup plus puisque personne ne parle, aucune voix off ne nous fait le plaisir de nous en dire davantage. Puis basculement, et nous voilà à Paris de nos jours, dans un lycée prestigieux, la Maison d’Éducation de la Légion d’honneur, créée par Napoléon en 1804. Haïti devint la première république indépendante noire à cette date, ce pourquoi Bertrand Bonello (L’Apollonide) a choisi cette institution, comme une sorte de pont entre deux mondes. Mélissa (Wislanda Louimat, qui a la double nationalité, comme son personnage), Haïtienne, s’intègre peu à peu à une bande de copines, introduite par Fanny (Louise Labèque). Les autres lycéennes sont sans nom, sans histoire, et ce qu’elles sont se résume peu ou prou à leurs commentaires acerbes ou décalés – qui ont le mérite de nous faire rire – sur leur école et d’autres sujets tendances. Le réalisateur peut remercier sa fille qui l’a aiguillé pour que les dialogues entre jeunes sonnent le plus juste possible.

Zombi Child alternera entre des plans d’Haïti et de cet homme qui se retrouve dans des plantations de cannes à sucre, et Paris et ce lycée qui semble être une sorte d’ilot au sein de la capitale, un monde à part, comme l’est ce champ perdu dans la campagne Haïtienne.

La bande-son permet, en plus du jeu de lumière (tous les plans à Haïti sont très sombres) de faire le distinguo entre Paris et l’île. En effet, la modernité est représentée par des morceaux contemporains, des chansons de Damso principalement – que Mélissa rechigne à chanter bien qu’elle les apprécie : on croit comprendre qu’elle pense ainsi salir sa culture. Au contraire, lorsque c’est Haïti qui est à l’écran, ce sont des musiques tribales, effrayantes, vaudoues qui donnent le la.

L’orthographe du titre est à souligner : « Zombie est l’orthographe américaine. Zombi, c’est le zombi originel, qui est une figure profondément inscrite dans l’histoire et la culture d’Haïti. Il est suspendu quelque part entre la vie et la mort » confie le réalisateur.

On ne s’attache pas aux personnages, peut-être seulement un peu à Fanny dont la voix nous berce de ses mots amoureux alors qu’elle lit régulièrement en off les lettres (mails ? textos ?) qu’elle (pense ?) envoie à son amoureux, Pablo. On devine rapidement que Mélissa a un lien avec le vaudou, et on finit par comprendre qu’elle est la petite fille de cet homme Haïtien de 1962, puisqu’elle l’explique à ses amies, presque à la fin du film. Heureusement que le synopsis nous avait déjà éclairés à ce sujet (même si certains détails paraissent étranges à la relecture de celui-ci, et ne collent pas avec l’histoire).

On aurait pu apprendre beaucoup de choses, être transportés dans deux mondes totalement différents du nôtre – on l’est, mais à peine, ou alors trop, en tout cas on ne parvient pas à bien saisir ce qui se passe. Le réalisateur semble s’être totalement immergé dans cet univers qu’il est allé découvrir à Haïti (où tourner est risqué, mal vu) mais il a oublié le spectateur, l’a laissé de côté. L’initiation est ratée, même si elle a au moins le mérite de nous donner quelques informations sur cette culture que, pour ma part, je ne connaissais pas du tout.

Après quelques recherches – indispensables après avoir vu le film, on apprend que ce fait divers de 1962 est réel (le générique le laissait supposer), qu’un homme a réellement été sorti de sa tombe pour aller travailler dans des plantations, devenant un « zombi », un homme à mi-chemin entre la vie et la mort.

La bande-annonce ici 🙂

5 commentaires sur “D’autres mondes (Zombi Child, Bertrand Bonello)

Ajouter un commentaire

  1. Ah c’est dommage que le film soit pas terrible, le sujet avait l’air intéressant. Le film m’intrigue quand même si j’ai l’occasion j’irai le voir par curiosité ou le téléchargerai. Je ne connais rien sur Haïti mais l’histoire de ce fait-divers glaçant a piqué ma curiosité.

    Aimé par 1 personne

    1. Disons que le sujet aurait pu être exploité de manière plus accessible… c’est très bien joué cela dit et ça donne envie de se renseigner sur Haïti mais le film en lui même ne donne pas beaucoup d’éléments de réponse. Si tu le vois, je suis curieuse d’avoir ton avis 😉

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :