Catégories
Critiques littéraires Littérature française

L’art ne vaut rien mais rien ne vaut l’art (Marcher jusqu’au soir, Lydie Salvayre)

Je n’aime pas les essais. J’ai toujours du mal à me concentrer suffisamment longtemps pour lire deux pages, pour réussir à suivre le fil de la pensée de l’auteur. On ne peut pas imaginer, et c’est ce qui permet à un livre (roman en tout cas) de nous emporter.

Il se trouve qu’ici, on parvient à peu près à se projeter, à suivre les idées de Lydie Salvayre. Elle arrive même à nous faire adhérer à ses théories et à nous faire réfléchir sur la légitimité des musées, sur la logique illogique d’enfermer des œuvres d’art loin de là où elles ont été pensées, loin des endroits auxquels elles appartiennent, loin de ce qu’elles dénoncent.

Ce livre – pratiquement inclassable, entre l’autobiographie et l’essai, le traité artistique – est également une réflexion sur la vie de Giacometti puisque l’auteure jalonne ses propos d’anecdotes sur cet artiste incompris et vénérant l’échec, le voyant comme seule fin possible. Ceux qui sont intrigués par ce sculpteur peuvent aussi se plonger dans Alberto Giacometti : the final portrait, un film qui apporte une lumière intéressante sur cet homme hors du commun.

Lydie Salvayre accepta de passer une nuit dans le musée Picasso, face à l’Homme qui marche (Giacometti), malgré ce qu’elle pense de ces lieux froids, semblables à des églises pour athées d’après elle. L’œuvre se divise en trois parties : l’avant, le pendant et l’après. La nuit passée face à cette statue l’a bouleversée, l’a angoissée et gênée et c’est ce qu’elle raconte ici. Elle note ses pensées, évoque des souvenirs d’enfance qui ressurgissent, parle de son mari, de ses amis, de ses proches, de la vie et de l’art, explique que tout se résume à « cette marche vers le soir », cette vie qui mènera inévitablement à la mort, allégation confirmant la théorie de Giacometti sur l’échec et illustrée par son Homme qui marche.

Les phrases sont longues, alambiquées et laborieuses pour certaines. Le ton est libre, détaché, presque frivole par moment mais toujours concerné et engagé. Les anaphores sont nombreuses, comme si elle avait écrit ce livre avec pour unique but de nous convaincre, de nous rallier à son opinion. Pourtant, cette œuvre est intimiste, autobiographique à bien des égards, et c’est donc plus qu’un simple traité artistique.

Un livre bien étrange donc, mais pas désagréable et encore moins inintéressant.

L’auteure parle de Marcher jusqu’au soir ici 😉

8 réponses sur « L’art ne vaut rien mais rien ne vaut l’art (Marcher jusqu’au soir, Lydie Salvayre) »

Mais de rien, merci à toi de ce commentaire ! C’est exactement ça, une lecture intéressante, et qui part de la vie de Lydie Salvayre pour arriver à l’art et à Giacometti (ou l’inverse d’ailleurs, on ne sait pas bien). J’aime bien le personnage de Dali, qu’est ce que c’était comme livre ? 🙂

Aimé par 1 personne

Je te mets le lien pour le livre de Dali, un essais acheté il y a quelques années et j’ai tout de suite pensé à celui-ci en lisant ta belle chronique « La raison du Fou | Dalí et la science » de Vincent Noce. https://www.amazon.fr/raison-Fou-Dal%C3%AD-science/dp/2844265928/ref=sr_1_23?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=dali+essais&qid=1559228607&s=books&sr=1-23
j’adore Dali, son excentricité ou son grain de folie, son art.. 🙂

Aimé par 1 personne

Répondre à La culture dans tous ses états Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s