Catégories
Romans français

Un délicieux concentré d’humanité (Changer le sens des rivières, Murielle Magellan)

Ce roman est une vraie pépite. Le style est fluide, imagé, direct, tendre et poétique tout à la fois. Les phrases s’enchaînent, chacune différente des autres mais réussissant toutes à enrichir le livre : rien n’est à retirer, rien à ajouter. Merci Murielle Magellan pour ce petit bijou. C’est l’équilibre même. Marie nous touche, elle et ses désirs, son caractère bien trempé et sa volonté à toute épreuve.

Elle est serveuse, elle a les pieds sur terre et tente de jongler comme elle peut, entre un père hypocondriaque, une grande sœur instable et absente, et un boulot pas très rémunérateur. Havraise, elle aime sa ville qu’elle parcourt au volant de sa vieille Fiesta verte.

Et puis il y a Alexandre. Alexandre le rêveur idéaliste, Alexandre le passionné de cinéma, Alexandre et ses fantasmes de grandeur. Entre eux, il y a tout de suite eu une étincelle, un petit quelque chose de magique. Et puis il découvre qu’elle ne connaît rien à ce qui le fait vibrer, qu’elle n’a jamais entendu parler de Truffaut, ne connaît pas la Nouvelle Vague, ni Godard, ni Chabrol, et qu’elle a un bac chaudronnerie. Alors le jeune homme déchante et veut se désengager d’une histoire qui n’a pas encore vraiment commencé mais qu’il juge déjà vouée à l’échec.

Et puis Marie va finir, par la force des choses, par devenir la conductrice attitrée d’un client, d’un juge qui lui fait écouter la radio, des débats, des vrais débats d’intellectuels, d’auteurs, de politiques, de gens qui font bouger le monde, le monde des idées. Qui lui fait rencontrer des gens différents, des gens qui sont comme des aliens pour Marie. Et puis quand elle fait mine de s’intéresser, le juge lui dit « tu chercheras ». Ça la rend folle Marie, ce « tu chercheras » un peu hautain, un peu paternaliste mais maintenant toujours cette distance entre eux, entre leur réalité.

Ce livre, c’est l’histoire de la découverte d’un monde, de la découverte de la culture et des miracles qu’elle peut faire. C’est la confrontation entre deux univers qui cohabitent, coexistent en évitant un maximum les interactions, se contentant du minimum, des liens imposés par la société mais sans jamais franchir la ligne blanche. Sauf que cette fois, ils se rencontrent, ils fusionnent, lentement, l’un étendant ses tentacules dans l’autre, diffusant tendrement sa couleur pour y instiller des nuances. Parce que la vie n’est jamais noire ou blanche, la vie c’est un dégradé, un camaïeu qui se décline à l’infini.

La vie, c’est changer le sens des rivières parce que quand tout coule toujours de la même manière, la monotonie prend le dessus et ce n’est pas ça la vie.

Quelques infos sur Changer le sens des rivières ici 🙂

2 réponses sur « Un délicieux concentré d’humanité (Changer le sens des rivières, Murielle Magellan) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s