Catégories
Critiques littéraires Littérature française Sélections du Prix du Roman des Etudiants France Culture / Télérama

Arcadie, cette utopie (Arcadie, Emmanuelle Bayamack-Tam)

La narratrice est une fille de 14 ans, collégienne moche et en plein âge ingrat. Oui mais voilà, cette adolescente n’est pas tout à fait lambda : elle vit depuis son plus jeune âge dans une communauté libertaire avec ses parents (qu’elle qualifie elle-même d’idiots) et sa grand-mère naturiste. Son maître spirituel est aussi l’homme qu’elle désire le plus au monde : Arcady, trente-cinq ans de plus qu’elle. À part lui, à Liberty House, on rencontre Fiorentina qui cuisine et râle, et puis Daniel qui s’habille comme George Michael, mais il y a aussi Victor le bibliophile énorme et répugnant, et Jewel l’ancienne junkie, Epiphanio et ses problèmes de peaux, et ses jumelles rousses Dos et Très, Malika la protégée de la grand-mère, et donc il y a Farah. Farah qui n’a pas ses règles, s’inquiète et découvre que ce n’est pas si simple que ça…

Je n’ai pas un avis tranché sur ce roman. Il a des bons et des mauvais côtés. Dans les choses qui m’ont gênée, beaucoup trop de scènes très osées et très imagées, et un langage de « jeune » qui sonne faux dans les dialogues. Dans ce qui, à mon sens, donne du relief et de l’intérêt, des questionnements pertinents sur l’identité sexuelle, sur la différence, sur les apparences, sur la vie sectaire et sur l’humanité en elle-même. Farah, adoratrice d’Arcady et de son royaume d’Arcadie – cette terre idyllique et supposément harmonieuse, l’adore aussi pour son amour qu’elle considère sans borne, pour son ouverture d’esprit. Pourtant, elle va finir par déchanter et comprendre que l’égoïsme, qu’ils considèrent comme le mal de la société à Liberty House, n’est pas étranger à cette demeure où pourtant l’amour est censé régir leur vie. Oui mais voilà, on préfère penser à soi qu’aux autres, on préfère isoler cette zone blanche du reste du monde, des problèmes actuels pour continuer à vivre dans cette petite utopie, nus, libres comme l’air et presque sans soucis.

 

Pour en savoir plus sur le roman, c’est ici (même si je ne vous conseille pas de lire la quatrième de couverture pour cause de spoils…) 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s