Catégories
Critiques cinématographiques Critiques, cinéma étranger

« Ceux qui errent ne sont pas tous perdus » (Leave no trace, Debra Granik)

Un très beau film, tout en pureté. Beaucoup de plans larges et statiques : les acteurs sont en mouvement mais la caméra bouge finalement très peu. Dans la première partie du film, peu de musique, juste l’opposition du calme de la forêt au vacarme de la ville. Et puis, dans un second temps, à certains moments, quelques notes enjouées provenant de musiciens locaux illustres recrutés pour l’occasion (Michael Hurley et Marisa Anderson), incarnant des membres d’une petite communauté où –  peut-être ? – ils pourront enfin être heureux. Ils ? Un père et sa fille, ayant vécu quelques tragédies : mort (ou abandon ? On penche plus pour le décès) de la mère, guerre du Vietnam. Toujours est-il qu’ils vivent isolés, dans une forêt publique limitrophe de Portland, dans l’Oregon, devenue leur territoire. Sauf que. Tom, l’adolescente d’une quinzaine d’années est repérée par un marcheur et les policiers débarquent, mettant ainsi fin à leur vie de nomades, reclus de la société par choix. Il va ainsi leur être demandé de déménager dans un haras où le père sera chargé d’emballer des sapins de Noël tout juste coupés tandis que Tom ira à l’école – malgré son niveau intellectuel très supérieur à ceux de son âge, dixit la spécialiste chargée de veiller à ce qu’elle soit heureuse dans son chemin vers la « normalité ».

Ce film tourne effectivement beaucoup autour de cette idée de conformité : aujourd’hui, on ne peut échapper à la vie en groupe, à la société. Toute différence est montrée du doigt, et il ne fait pas bon se démarquer de quelque manière que ce soit. Tom sent sans doute cela et, son âge jouant sûrement sur sa volonté de se fondre dans la masse pour être acceptée, il arrive un moment où elle semble presque en vouloir à son père de cette incapacité à s’installer durablement. Dans tous les cas, elle se rebelle malgré le lien très fort qui l’unie à lui (un Ben Foster qui nous transcende) et manifeste son désir d’essayer. Juste d’essayer. Essayer de se poser pour pouvoir vivre une vie rentrant un peu plus dans la norme.

Cette histoire,  Debra Granik ne l’a pas inventée : elle s’inspire d’un roman, celui de Peter Rock, qui s’appuie lui-même sur des faits réels. Un père et sa fille, dans la nature, en bonne santé et placés dans un haras par les autorités, pour que, finalement, ils disparaissent.

La réalisatrice semble trouver certaines de ses inspirations à travers les romans de Tolkien et les adaptation cinématographiques en ayant été tirées. Le titre de cet article est d’ailleurs une citation de l’écrivain, reprise par la cinéaste dans une interview. Elle a en effet déniché Thomasin McKenzie – petite prodige – dans La bataille des cinq armées, s’attache à défendre les différences, et paraît vouer une adoration à la forêt semblable à celle du fameux auteur britannique. On sent ce respect pour cette entité tranquille, pour le calme qui y règne, pour les risques qui y courent. L’histoire de Tom et de son père, c’est aussi l’histoire de deux amoureux de la nature, qui ont choisi d’y vivre faute de pouvoir faire autrement. Oui mais voilà, leur décision (ou plutôt la décision de Will devenant par ricochet celle de sa fille), va-t-elle pouvoir guider l’ensemble de leur vie ?

Alors oui, « ceux qui errent ne sont pas tous perdus »

Pour la bande-annonce, c’est ici 🙂

 

1 réponse sur « « Ceux qui errent ne sont pas tous perdus » (Leave no trace, Debra Granik) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s