Jusqu’où aller par amour ? (Ma part d’elle, Javad Djavahery)

Le héros est un odieux personnage, narrateur détestable qui raconte, raconte à son compagnon de cellule. Raconte sa vie, son amour inconditionnel pour elle, la belle iranienne, sa belle sirène de la mer Caspienne. Niloufar. Sa cousine. Mais seulement, Niloufar n’est pas sienne. Il se bat, pendant tout ce qu’il relate, pour changer les choses, quel que soit le prix à faire payer aux autres, et même à elle. Tentatives vaines ou payantes ? N’en disons point trop.

Ce qui donne du rythme au roman, c’est l’aspect décousu de ce récit, entrecoupé d’anecdotes, de souvenirs à la fois brumeux et si précis, empreints de poésie comme seul peut l’être ce qui est enveloppé d’une aura d’impossible, nimbé de la douce nostalgie de l’enfance. Voilà où se cache le réalisme saisissant de cette œuvre, là et à travers la toile de fond de l’histoire, le décor, l’Iran d’après le shah. De l’Iran qui a tant perdu. Qui a subi tant de désillusions. Et c’est un Iranien qui l’écrit.

Ce livre est fort. Il est fort parce que les actes du protagoniste le sont. Ils sont forts de son égoïsme sidérant– tous tendant vers le même but, semblant si illusoire. Il est fort parce qu’il véhicule des messages, des cris de rage. Il dénonce, il explique, il dévoile. Il pointe du doigt le passé du pays, le destin des dissidents. Mais aussi et surtout, il rappelle ce qu’est la nature humaine, évoque la tendance girouette et manipulatrice des Hommes, ce que certains sont prêts à faire, à faire subir, pour réussir, pour se protéger ou protéger un combat.

La mer Caspienne et son calme – imprégnant le roman – en sont une belle métaphore. Elles ne peuvent représenter que la face apparente des choses, la face apparente du héros qui semble si détaché et qui agit dans l’ombre. Comme les rouages de la dictature islamiste se sont mis en branle peu à peu, comme les sentiments sont supposés naître, comme la mer dort, dissimulant une tempête à venir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s