Catégories
Critiques littéraires Littérature française

Trop court! (La tresse, Laetitia Colombani)

On en veut plus ! Tellement plus ! Que devient Smita, l’indienne ? L’avocate reprend-elle du galon ? Et la petite italienne, Giulia ? Parvient-elle à son objectif ? Des questions auxquelles il faut imaginer des réponses, seul reproche à faire à ce petit bijou, tout en nuances et en délicatesse. Une plume fluide, des personnages attachants et des vies qui se croisent de loin, le fil tenu les reliant n’étant dévoilé qu’à la fin même si des indices sont disséminés çà et là, le long des pages. Forcément, on aimerait avoir plus de détails sur la vie dans ce petit village d’Uttar Pravesh ou sur l’atelier de Palerme, ou même sur le grand cabinet d’avocats montréalais. Mais voilà, l’auteure s’est concentrée sur le destin de ces trois femmes, plus que sur ce qui les entoure et constitue leur cadre de vie, pourtant si riche. On ne peut trop l’en blâmer au regard du plaisir que l’on prend à dévorer ce roman. Peut-être ne mérite-t-il pas ce nom d’ailleurs : voilà la punition à lui infliger pour ne pas nous emmener au bout du voyage. Une esquisse qui mériterait d’être creusée, exploitée d’avantage pour nous conquérir encore plus, totalement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s